Radio-Sud-Est, la toute première radio privée sur les ondes lyonnaises

Plusieurs radios privées françaises ont été créées par des constructeurs d’émetteurs ou  de récepteurs de TSF. C’est le cas de Radiola à Paris, de Radio-Anjou à Angers ou de Radio-Nord-Ouest à Caen pour ne citer qu’elles.

Radio Sud Est à Lyon

A Lyon, c’est aussi un établissement de fabrication de postes de TSF qui est à l’origine de la première radio privée. Pour pouvoir vendre des appareils, il faut que les auditeurs puissent avoir quelque chose à écouter. Les constructeurs prennent alors les devants.

Radio-Sud-Est, chaque mardi et vendredi

Pour Lyon, il s’agit de Cheney et Martin, dont l’atelier est établi au 44, rue de Sèze. A Radio-Sud-Est à Lyonpartir de décembre 1923, ils émettent avec l’indicatif 8DN puis plus tard sous l’appellation Radio-Sud-Est, chaque mardi et vendredi en soirée vers 21 heures. Le programme consiste en un concert suivi parfois d’une causerie. La puissance est d’une centaine de watts et la longueur d’ondes de la station varie de 360 à 440 mètres. C’est surtout cette dernière longueur d’ondes qui est utilisée, c’est la plus proche de la Station radiotélégraphique de Lyon, la radio des PTT.

Au démarrage de Radio-Sud-Est, cette station publique est la seule radio lyonnaise sur les ondes mais elle ne diffuse de la musique qu’irrégulièrement et généralement en fin de matinée. En mars 1925, Radio-Lyon débarque sur les ondes. Le poste de Cheney et Martin n’a plus lieu d’être.

Radio-Sud-Est cesse ses émissions au printemps 1925.

La guerre de communiqués fait rage entre le Poste parisien et Radio-Cité

La guerre fait rage au début de l’année 1938 entre deux stations très populaires, le Poste parisien et Radio-Cité. Et pas seulement sur la grille de programmes. Les deux radios se disputent le titre de radio leader par l’intermédiaire de leur régie de publicité, Informations et Publicité (Havas) pour la radio du Petit Parisien et Publicis pour celle de Marcel Bleustein-Blanchet.

En juin 1937, Radio-Cité claironne que son nouvel émetteur d’Argenteuil et son antenne antifading est le plus puissant dans Paris. Réplique du Poste parisien dans un communiqué quelques semaines plus tard. Suite aux affirmations de Radio-Cité, « le Poste parisien a tenu à faire exécuter par un organisme officiel, une série de mesures précises qui lui permettent d’affirmer qu’aucun poste privé autre que le Poste parisien (60 kw) ne valablement se dire le plus puissant dans Paris. »

Les lettres des auditeurs épluchées

Puis, la guerre se poursuit par régies interposées. Publicis a épluché les réponses à un concours et cartographié l’origine géographiques des participants pour montrer la force en Ile-de-France et dans le Nord-Est, de Radio-Cité qui s’autoproclame « poste le plus écouté » depuis fin 1935..

Le Poste parisien réplique par un constat d’huissier. Il prend pour base le concours organisé par un hebdomadaire de TSF, Mon Programme, et démontre que la station couvre une large partie de la France. Un bon point pour attirer les annonceurs. Le Poste parisien peut s’enorgueillir d’être la radio la plus entendue quand Radio-Cité continue à affirmer être le plus écoutée.

Il y avait quoi au 22, rue Bayard avant Radio-Luxembourg puis RTL ?

RTL quittera bientôt ses locaux historiques de la rue Bayard pour s’installer à Neuilly-RTLsur-Seine face à M6. Zoom sur l’histoire de cet immeuble qui contrairement à une légende colportée par l’émission les Grosses Têtes n’a jamais hébergé un bordel nommé le Panier fleuri. Ce dernier se trouvait à Barbès. Cependant, il y  a eu à cette adresse une histoire un peu olé-olé pour l’époque, une histoire de moeurs peut-être à l’origine de la rumeur. A découvrir à la fin de cet article.

A l’été 1936, Radio-Luxembourg s’installe dans ce petit immeuble (agrandi en 1972 de plusieurs étages et d’un sous-sol supplémentaire) où se trouvent déjà Foniric, une société de production de programmes de radio clé en main et Information et publicité, la filiale d’Havas qui gère la réclame de Radio-Luxembourg, du Poste-Parisien et de Radio-Alger.

Mais qui occupait les locaux avant ?

Continue reading « Il y avait quoi au 22, rue Bayard avant Radio-Luxembourg puis RTL ? »

Quoi de neuf lors de la rentrée radiophonique de 1957 ?

En 1957, la toute jeune Europe n°1 booste la rentrée radiophonique. Radio-Luxembourg et la radio publique tentent de s’adapter à ce nouveau concurrent.

Radio Luxembourg propose quinze nouveaux rendez-vous

La radio de la rue Bayard veut proposer plus de musique et plus d’infos pour cette rentrée. Quinze nouveaux programmes sont proposés aux auditeurs.

Côté infos, le magazine d’actualité Dix millions d’auditeurs est désormais diffusé deux fois par jour, à 12h40 et 19h40. Trois émissions sur des sujets de société complètent la nouvelle grille : Monsieur Tout le Monde, la Vie comme elle va et la Vie en marche.

Côté variétés, deux nouvelles émissions musicales en public pour rajeunir l’antenne : Super Boum le mardi soir et Cavalcade le dimanche soir. Le mardi plus tard en soirée Allo ! Police fait son apparition. La station embauche Darry Cowl pour animer Moi, je me balade le dimanche matin à 9h45. C’est aussi la première pour Magnéto-Stop, un jeu animé par Zappy Max le dimanche soir.

Europe n°1 fait le tour du monde

La jeune radio innove en proposant le jeu de Jacques Antoine, Pierre Bellemare et Pierre Desgraupes, le Tour du monde le dimanche à 20h30 dès le 29 septembre. Des candidats voyagent autour du monde avec une bourse de 1 million et doivent compiler sur leur passeport le plus de visas possibles.

Une Coupe des chansonniers présentée par Pierre La Forêt est à l’antenne le vendredi soir et un nouveau jeu permettant de gagner de l’argent aux candidats les plus érudits est diffusé le lundi soir, Champions d’Europe. Le Docteur Relaxe remplace les Visiteurs du soir pour accompagner les auditeurs à l’heure du coucher.

A 20 heures, un émission inédite, intitulée Quoi de neuf ?, propose les derniers enregistrements des maisons de disques.

La RTF change de ton pour la rentrée

C’est une très bonne rentrée pour Paris-Inter car la puissance de l’émetteur d’Allouis est doublée pour atteindre 500 kw ce qui donne à la station une couverture nationale.

Gabriel Delaunay, directeur général de la RTF, présente une réforme de l’information à l’occasion du Salon de la radio, de la télévision et du disque. Il souhaite rendre plus vivants les bulletins et sessions d’informations. Il n’y aura pas qu’un seul présentateur au ton impersonnel pour lire les nouvelles, les journalistes viendront désormais présenter leurs sujets. Enfin, chaque journal sur les différentes chaînes pourra avoir son propre style et Paris-Inter pourra interrompre son programme si l’actualité l’exige. Une révolution… Merci Europe n°1 !

1932 : première expérience mondiale de visiotéléphonie à Paris

Le jeudi 19 mai 1932, à 16 heures, le ministre des PTT, Louis Rollin, est dans les locaux du quotidien parisien Le Matin, accueilli par le président du conseil d’administration, l’amiral Docteur. On fait entrer le ministre dans une petite cabine, où il peut voir et parler avec Théophile Bader, pdg des Galeries Lafayette qui, lui, est dans son magasin. Cette conversation à distance est présentée comme une première mondiale de visiotéléphonie.

Quel procédé pour la visiotéléphonie ?

Visiotéléphonie« Trois lignes téléphoniques ont été utilisées, l’une pour la conversation, les autres pour la transmission dans les deux sens de l’image des interlocuteurs, rapporte Le Matin. Le procédé consiste essentiellement à transformer, par la « cellule photo-électrique », les variations lumineuses en oscillations électriques et à opérer la transformation inverse par la « lampe .au néon ».

L’image à reproduire étant décomposée par un ingénieux mécanisme optique, l’appareil transmet ainsi environ 10 000 variations lumineuses par seconde. « 

Du vendredi 20 mai au samedi 28 mai, la clientèle du grand magasin peut assister aux démonstrations de 10h à midi et de 15h à 18h entre les Galeries Lafayette de Paris, de Lyon et le siège du Matin.

Pas mal pour une première

Avec quel résultat ?  « Les interlocuteurs semblaient avoir quelque peine à bien se maintenir dans le champ de l’appareil, ce qui fait que leur figure disparaissait partiellement de temps à autre. De plus, la variation d’intensité lumineuse des franges successives paraissait nuire à la netteté de la reproduction de la modulation lumineuse, » souligne La Revue générale de l’électricité.

Visiotéléphonie

Ce système était celui de l’ingénieur britannique John Logie Baird. Il s’était associé à Nathan pour monter en France la compagnie Baird-Nathan et commercialiser son invention. Cette expérience de mai 1932 avait pour but de faire connaître ce système de visiotéléphonie. Malheureusement, la compagnie a fait faillite et la visiotéléphonie est restée aux oubliettes jusqu’aux essais allemands en 1936.

Interactive et en direct, la Radio Chanson Express cartonne sur Paris-PTT

La Radio Chanson Express, c’est le nom d’une rubrique du Journal parlé de Paris-PTT qui eu beaucoup de succès pendant quatre ans. Avec en vedette, le chansonnier René Devilliers.

Ce chansonnier est le premier a adapter pour la radio une formule qui fait le succès des cabarets de Montmartre et notamment celui des Noctambules où il se produit. Il s’agit de composer en deux temps trois mouvements une chansonnette à partir des rimes fournies par le public.René Devilliers Chanson Express

Chaque soir à 18h30 sur Paris-PTT, Microvox annonce le sujet du jour. Les auditeurs appellent au numéro Littré 32-89 pour proposer des rimes. « Les deux premières personnes qui la veille ont envoyé des rimes, sont invitées à venir le lendemain au studio annoncer le sujet qu’elles ont choisi pour la chanson du jour. Elles restent généralement là pendant que je la fais« , déclare René Devilliers à Paris-Soir début 1928. « Sitôt les dernières rimes arrivées, la téléphoniste me remet la feuille sur laquelle elles sont inscrites. Le speaker l’annonce en faisant constater l’heure. » Cinq minutes plus tard, vers 19h45, le chansonnier interprète sa chanson.

Radio-Vitus copie

Pendant quatre ans, de 1927 à 1931, René Devilliers estime avoir composé près de 1500 chansons express. Le programme qui a du succès est imité. Ainsi, début 1931, Radio-Vitus copie le concept avec Gaston Secretan et Léon Raiter.

A l’été 31, Paris-PTT évoque des raisons pécuniaires pour mettre fin à la Radio Chanson Express. Le programme était devenu depuis quelques mois beaucoup plus irrégulier.

La Chanson Express déménage

A partir du dimanche 4 septembre 1932, on retrouve la Chanson Express et René Devilliers sur les ondes du Poste parisien. Mais la station ne bénéficie pas de ligne PTT. Les auditeurs doivent donc écrire à la revue de radio le Haut Parleur. Le dimanche, en direct, neuf enveloppes sont tirées au sort. Une pour le sujet, huit pour chaque rime. Mais le programme n’a plus le succès d’avant.

On retrouvera cependant la Chanson Express  et René Devilliers chaque semaine sur Radio-Alger (1934-1936).

Les débuts sur les ondes de Radio Lorraine après la Libération

Après une quinzaine de jours de travail et une série d’essais, les techniciens de la Radiodiffusion pensent être prêts. Radio Lorraine va pouvoir être sur les ondes le vendredi 22 décembre 1944 à Lorraine120h15 sur 224 mètres (1339 kc). Paul Chailley-Bert, commissaire de la République et René Peeters, président du comité départemental de libération, doivent prendre l’antenne pour inaugurer le poste régional. Mais le lancement doit être reporté de quelques jours à cause de difficultés techniques. Il faudra en fait attendre plus d’un mois. Il faut dire que la situation militaire reste fragile. Le front est à une centaine de kilomètres de Nancy et les Allemands ont déclenché une contre-offensive dans les Ardennes.

Les auditeurs doivent apporter des disques

L’émetteur de faible puissance diffuse cependant des disques et relaie les informations de la chaîne nationale à Paris. Chaque jour de 6h55 à 9h15, de 11h45 à 14h15 de 17h55 à 20h15 ; le dimanche de 7h30 à 11h, de 11h55 à 14h15 et de 17h30 à 19h30. Mais la station a de très faible moyen et doit faire appel aux auditeurs pour qu’ils apportent des disques au studio du 60, avenue Foch à Nancy. « Très prochainement, nous vous présenterons des émissions régionales qui, nous l’espérons, vous plairont, indique un communiqué de la station. Nous rappelons à tous  les talents qui désireraient nous prêter leur concours, qu’ils peuvent soit se présenter à notre adresse les lundis et vendredis de 10 a 11 heures, soit nous écrire au Service des émissions artistiques de Radio-Lorraine. »

L’inauguration de Radio Lorraine

Lorraine2C’est le jeudi 1er février 1945 à 18 heures que Radio-Lorraine est inaugurée. On a fait appel pour la partie artistique à des chanteurs de Nancy, Jacqueline Berger, Vincent Cassini, René Dahier. Pour la partie institutionnelle, il y a autour du commissaire de la République, Paul Chialley-Bert, les représentants des diverses administrations, le maire de Nancy et des militaires dont le commandant Barall de l’US Army.

La nouvelle station régionale se distingue par une place importante accordée au sport avec notamment des émissions sportives le dimanche animées par Maurice Jacquet, rugbyman et athlète.

Radio Lorraine se balade sur les ondes

En ces débuts de réorganisation de la radio, les longueurs d’ondes ne sont pas encore bien fixées. Ainsi, dès le le 3 février, les auditeurs observent un changement de la longueur d’ondes qui passe à 259 m au lieu de 224 m. Mais quelques jours plus tard, Radio Lorraine est de retour sur 224 mètres.

A partir du 25 février, Radio Lorraine peut enfin retransmettre les programmes de la radio nationale. Les horaires sont alors les suivants : en semaine de 6h30 à 10h et de 11h à 22h ; le dimanche de 6h30 à 22h. La tranche de 20h15 à 21h30 est consacrée aux programmes régionaux.

Forte augmentation de puissance

Mi-juillet 1945, on annonce que Radio Lorraine va améliorer sa puissance. De quelques watts, la station va passer à 10 kw, ce qui va lui permettre d’avoir une audience beaucoup plus large. Les essais démarrent le dimanche 15 juillet et se poursuivent chaque jour de 19h15 à 23h sur la même longueur d’ondes.

Le programme s’établit alors comme suit :

En semaine : début à 6 h25 par le relais de Paris. Emissions régionales de 8h10 à 8h30 puis de 13h10 à 14 h, à faible puissance. De 19h15 à 20h et  22 à 23 h, avec la puissance de 10 kw. Le dimanche: début à 7h25 par le relais de Paris. Emissions régionales de 9h10 à 9h30, de 12h10 à 12h30, de 13h30 à 14 h, à faible puissance. De 19h30 à 20 h puis de  22 à 23 h, avec la puissance de 10 kw.

Fin septembre, Radio-Lorraine change d’horaires. Elle décroche de 8h15 à 8h30, de 12h à 12h30 et de 18h30 à 19h30 (sauf le dimanche), de 22 h à 23 h (sauf le vendredi). La station annonce un prochain changement de longueur d’ondes de l’émetteur de Nancy de 224 m (1 339 kilocycles) à 312,86 m (959 kilocycles).

Fin décembre 1945, Radio-Lorraine loue des locaux à la ville de Nancy dans une galerie de Nancy-Thermal pour y installer ses studios.

L’éphémère Pavillon de la radio à l’Exposition universelle de 1937

En 1937, la France organise une exposition universelle à Paris. Cette exposition internationale des arts et techniques appliquées à la vie moderne ne peut manquer de comprendre un pavillon consacré à la radio. Ce bâtiment d’une centaine de mètres de long est édifié en bordure de la Seine sur la rive droite en amont du pont Alexandre-III.

Pavillon de la radio Expo 37

Il est dominé par une antenne symbolique de 43 mètres de haut équipée de tubes luminescents qui donne une lumière verte la nuit tombée. Voilà qui complète la voie de la lumière et de la radio, la nouvelle dénomination de la chaussée du pont Alexandre-III le temps de l’expo.

Le pavillon comprend trois étages et six studios : trois petits pour les conférenciers et speakers, un quatrième petit studio pour la télévision, un moyen (40 musiciens) et un grand studio (500 m2) pour les concerts et autres manifestations radiodiffusées. Paris-PTT s’installe dans le grand studio pour toute la durée de l’expo et le public peut tout voir par des baies vitrées en déambulant dans les galeries.

Pavillon de la radio à l'Expo 37

Des expos à l’Expo

Le pavillon accueille dans ses travées des expos sur le matériel (notamment une rétrospective des appareils utilisés par Edouard Branly), sur les radios étrangères et les principales radios françaises ont chacune un stand. Sur celui du Poste parisien, on peut voir une maquette de son immeuble en coupe montrant les différentes salles, l’auditorium…

Pavillon de la radio Expo 37

La télévision vole la vedette à la radio

Mais la vraie vedette du pavillon de la radio est en fait … la télévision. Un studio TV est à la rue de Grenelle et à l’émetteur de la Tour Eiffel. A partir du 25 juillet, des démonstrations ont lieu une heure par jour. Des animations dans le studio et des prises de vues extérieures depuis le Pavillon de la radio sont diffusées par Radiovision-PTT. C’est l’attraction du Pavillon.

Pavillon de la radio Expo 37

Pâle inauguration

L’inauguration est prévue le 29 juin à 15h30. Mais survient un remaniement ministériel ce qui retarde autant son ouverture. Le Pavillon de la radio est finalement inauguré le jeudi 8 juillet à 17h10 par Fernand Chapsal, ministre du commerce et de l’industrie. Jean-Baptiste Lebas, ministre des PTT s’est excusé et la cérémonie n’est même pas radiodiffusée !

Livré aux démolisseurs

Dès sa construction, le Pavillon de la radio avait une vocation éphémère. Cependant des voix se font entendre pour le conserver après l’expo et le transformer en une maison de la radio qui n’existe toujours pas. Mais le bâtiment n’est pas adapté. Il est démoli en février-mars 1938.