Région par région, quelles radios écoutaient les Français en 1952 ?

A l’initiative de la RTF, l’INSEE effectue en 1952 une vaste enquête sur l’écoute radio.

Du 23 novembre au 13 décembre 1952, une centaine d’enquêteurs sont allés dans des foyers français et ont ramené plus de 4400 questionnaire remplis. Chaque personne de chaque foyer ayant été interrogée, on arrive à un échantillon de près de 20 000 Français. Tout cela est passé à la moulinette des statisticiens et nous donne une photographie très précise de l’audience radio en 1952.

La station préférée des Français est…

41% des personnes interrogées ont répondu Radio-Luxembourg comme étant leur station préférée. 25 % choisissent le Programme parisien (RTF- variétés), 9 % Paris Inter (RTF-émissions uniquement musicales depuis août 1952), 7% Radio Monte Carlo, 6% le Programme national (RTF-culturelle et informative), 3% Radio Andorre, 2% la Radio suisse romande, 1% une autre station étrangère et 6% ne se prononcent pas.

Les disparités régionales

La RTF a défini plusieurs régions pour cette enquête. Elles ne correspondent pas aux régions d’aujourd’hui. Pour s’y retrouver, voici la carte de la RTF.

Bretagne : Programme parisien (59 %), Radio-Luxembourg (36%), Radio Andorre (5%)

Normandie : Radio Luxembourg (67%), Programme parisien (13%), Programme national (5%)

Nord : Radio Luxembourg (60 %), Programme parisien (25%), Paris Inter (6%)

Est : Radio Luxembourg (69 %), Programme parisien (16%), Paris Inter (9%)

Alsace-Lorraine : Programme parisien et Radio Luxembourg à égalité (29%), Radio Suisse Romande (11%)

Région de Dijon : Radio Luxembourg (62 %), Radio Suisse Romande (11%), Programme parisien (9%)

Région de Lyon : Radio Luxembourg (37 %), Programme parisien (25%), Radio Monte Carlo (11%)

Provence : Radio Monte Carlo (37 %), Programme parisien (23%), Programme national (19%)

Languedoc : Programme parisien (32 %), Radio Monte Carlo (27%), Radio Andorre (11%)

Sud-Ouest : Programme parisien (29%), Radio Monte Carlo (17%), Radio Monte Carlo (17%) Radio Luxembourg (16%).

Région de Limoges : Programme parisien (49 %), Radio Luxembourg (18 %), Programme national (8 %)

Bassin parisien : Radio Luxembourg (77%), Programme parisien (9%), Paris Inter et Programme national (4%)

Paris : Radio Luxembourg (45%), Programme parisien (24%), Paris Inter (12%).

Les émissions préférées des Français

Les sondés devaient choisir dans une liste d’une quinzaine d’émissions. Voici le top 6 :

1–  Le Grenier de Montmartre (Programme parisien) le dimanche de 12h50 à 13h20.

2– Reine d’un jour (Radio Luxembourg et Radio Monte Carlo) le mardi de 20h à 20h45.

3– Sports et musique (Programme parisien) le dimanche de 15h à 18h30.

4– La Grande Revue Philips (Radio Luxembourg et Radio Monte Carlo) le dimanche de 20h15 à 20h45.

5– Dimanche de gala (Programme parisien) le dimanche de 20h30 à 21h30.

6– La roue tourne (Programme parisien) le lundi de 20h30 à 21h30.

6 janvier 1922 : la première radio de France passe son premier disque

On connaît la première radio française : c’est le poste de la Tour Eiffel. Mais quel est le premier disque que la station a diffusé ?

Depuis novembre 1921, le poste militaire de la Tour Eiffel (indicatif FL) fait des essais de radiodiffusion, tous les jours de 16 à 17 heures sur 2600 mètres de longueur d’ondes. La puissance est faible, 400 à 600 watts, mais les ondes sont loin d’être encombrées. Le signal porte donc très loin. Lors de ces essais, on lit des journaux, des romans et certains amateurs poussent la chansonnette ou jouent de leur instrument. Parfois, des séries de chiffres sont diffusées à des fins de vérification de la réception par des stations militaires. Régulièrement, un speaker annonce : « Allô, allô, ici le poste de la Tour Eiffel« .

Un micro devant le phonographe

En décembre, deux concerts, un pour Lille puis un autre pour Bruxelles (en présence des souverains belges) sont diffusés. Les essais se poursuivent tous les jours de 16h30 à 17 heures et le 6 janvier, la Tour Eiffel diffuse un concert depuis le bureau du commandant Julien, le directeur du poste. Un phonographe a été installé et un militaire tient un micro devant le pavillon. Ainsi, quelques disques du ténor italien Enrico Caruso sont diffusés : Madame Butterfly, Paillasse (Pagliacci). Et enfin, La Marseillaise. Ce sont les premiers disques de la radio française !

A partir du lundi 6 février, la station diffuse un bulletin météo quotidien à 16h30 suivi d’un concert. C’est la date de naissance de la radio française.

Les premières émissions de la Tour entraînent un intérêt du public qu’accompagnent immédiatement les constructeurs de TSF comme sur cette réclame du printemps 1922.Une partie de l’équipement technique du poste de la Tour Eiffel en 1922.

Trinquons à la nouvelle année !

Pour ouvrir cette nouvelle année, nous vous proposons un apéritif, à consommer comme il se doit avec modération, l’abus d’alcool étant dangereux pour la santé. Cette recommandation de santé publique était loin d’être  la règle dans les années TSF. Au contraire, les marques d’alcool vantaient des mérites supposés dans leurs réclames. De Dubonnet à Byrrh, en passant par Bonal, les auditeurs ne pouvaient guère échapper à cette publicité. Et même les invités en studio lors de la bien nommée émission le « Bar des vedettes » sur Radio 37… qui rime avec 2017 !

Apéritif Bonal

Ou le sponsor de l’émission Les Fiancées de Byrrh sur Radio-Cité et de L’Heure des amateurs de Byrrh sur le Poste parisien :

Et on termine avec un petit coup de Quintonine :

Une petite souris interrompt les émissions de Radio Luxembourg

Voici la version radiophonique du grain de sable qui coince l’engrenage.

Surprise le 12 octobre 1934 pour les auditeurs qui écoutent un récital sur Radio Luxembourg. A 19h50, brusquement la station quitte les ondes. Les techniciens s’affairent et finissent, au bout d’une heure et demie, par découvrir une souris morte qui avant de passer de vie à trépas avait provoquer un court-jus dans un circuit de 2300 volts. A 21h20, Radio-Luxembourg revenait sur les ondes. Un des techniciens a dû être soigné pour brûlures.

1958 : la RTF se transforme en père Noël

Il était une fois, il y a bien, bien longtemps, une radio publique qui savait faire souffler l’esprit de Noël…

Les taxis remplacent les rennes

Le 24 décembre 1958, France II, une radio de la RTF (Radio Télévision Française), ex-Programme parisien devenue antenne régionale, diffuse exceptionnellement de 14h à 18h pour les « Taxis enchantés ». Des chauffeurs de taxis et des hôtesses tout de blanc vêtues, acheminent des jouets à des enfants de familles précaires. Ce sont les auditeurs qui contactent France II pour donner des adresses d’enfants déshérités.

L’avion mystère est chargé de jouets

Par ailleurs, un « avion mystère » doit décoller du Bourget dans la nuit avec à son bord 2500 jouets offerts par le Comité de propagande du jouet de fabrication française. Il doit atterrir dans une région de France touchée par une catastrophe pour apporter un peu de baume au coeur à des populations éprouvées. Et c’est Jean Nohain qui fera le père Noël.

Jean Nohain distribue les cadeaux

Un DC6 de la compagnie UAT décolle pour le Gard qui avait été touché quelques semaines auparavant par de terribles inondations. Des sapins ont été installés par la RTF dans plusieurs villages et les jouets sont acheminés par camion au pied de ces arbres de Noël. Le 25 décembre au matin, dès 8 heures, Jean Nohain commence la distribution à Meyrannes avant de continuer à Alès.

 

Allouis, l’émetteur grandes ondes qui n’a pas pu être inauguré

A l’occasion de la fin de la diffusion de France Inter sur grandes ondes, retour sur les débuts du centre émetteur d’Allouis en 1939.

Le projet d’installer un émetteur à forte puissance pour Radio-Paris et d’en faire un poste national pouvant rayonner sur tout le territoire date de 1934. L’administration des PTT renonce à conforter les équipements existants aux Essart-le-Roi et privilégie une nouvelle installation au centre de l’hexagone. Elle passe commande d’un émetteur à la Société française radioélectrique et en février 1936, achète un terrain à Allouis à mi-distance de Bourges et de Vierzon dans le Cher. La France s’offre le plus puissant émetteur mondial de l’époque (2×450 kw). Un bâtiment de quatre étages et de 80 mètres de long est construit ainsi qu’un système de quatre antennes disposées aux coins d’un carré. A côté, un centre de diffusion en ondes courtes pour Paris-Mondial est également installé (ils sera mis en service le 28 août 1939).

Emetteur d'Allouis

Les essais commencent tout d’abord de nuit quand Radio-Paris n’émet pas. Puis en mai 1939, ces tests entrent dans une nouvelle phase. « En raison des essais du nouveau poste émetteur d’Allouis, le poste national Radio-Paris doit suspendreallouis3 provisoirement certaines de ses émissions pour la matinée, fait savoir un communiqué de la direction de la radiodiffusion. Pour que cette suspension apporte le moins de gêne possible aux auditeurs, elle a été placée aux heures de plus faible audience et aucune modification n’a été, apportée aux émissions de samedi et dimanche. »

Du 3 au 13 juillet, rebelote. Les émissions de Radio-Paris sont suspendues entre 8h40 et 12h40 sauf le dimanche pour des réglages sur l’antenne.

Puis à partir de mi-juillet, le centre émetteur est relié par câble et peut retransmettre Radio-Paris plusieurs heures par jour mais pas toujours à la puissance maximale.  Une inauguration officielle est annoncée pour le 22 juillet. Mais, du fait d’un agenda politique chargé (lois en préparation), le conseil des ministres interdit le déplacement des membres du gouvernement durant la dernière quinzaine de juillet. Raté.

A partir de fin septembre 1939, le poste national est diffusé en permanence par Allouis. On reparle alors d’inauguration. Mais depuis début septembre, la France est en guerre et le ministre des PTT, Alfred Jules-Julien, est accaparé par les problèmes de distribution du courrier suite à la mobilisation. Il fait en octobre la tournée des centres postaux. (re) Raté.

Trois histoires radiophoniques du début de l’ère castriste

1958 : la guérilla de Fidel Castro lance ses émissions rebelles

Radio RebeldeAujourd’hui, Radio Rebelde est une station qui couvre Cuba par de multiples et puissants émetteurs. A ses débuts, la station est clandestine. Elle démarre ses émissions le 24 février 1958 dans la sierra à l’initiative de Che Guevara par un programme de 20 minutes alimenté par un groupe électrogène.

Radio Rebelde diffuse ensuite tous les jours à 17 et 19h dans la bande des 20 mètres des émissions constitués d’infos, communiqués, musique, messages aux familles, messages aux unités de la guérilla.

1960 : l’Empire contre-attaque avec Radio Swan

Le 17 mai 1960, les auditeurs des Caraïbes peuvent entendre une nouvelle station en espagnol et en anglais sur 1160 khz. Radio Swan diffuse des programmes commerciaux mais très hostile au nouveau régime de Cuba. Elle bénéficie de deux émetteurs, un en ondes moyennes de 50 kw et un second en ondes courtes de 3,5 kw (fréquence 6000 khz). Le tout est installé sur l’île de Swan, un territoire alors contesté entre les USA et le Honduras. Fidel Castro réagit en organisant les radios cubaines proches de la fréquence de Radio Swan en une même station, La Voz del INRA (la Voix de l’Institut national pour la réforme agraire) dont la mission est de gêner les émissions.

Les programmes de Radio Swan sont enregistrés aux USA et acheminés sur l’île par avion. L’équipe technique est ravitaillée sur l’île par l’US Navy. Car Radio Swan est en fait une radio de la CIA. Elle sera notamment très active lors du débarquement de la baie des Cochons. Mais elle est si violemment anti-castriste qu’elle rate sa cible et finit par perdre sa crédibilité.

1962 : Radio Free Dixie, la riposte de Fidel Castro

En 1962, Fidel Castro autorise Robert F. Williams et sa femme Mabel a utiliser les ondes cubaines pour diffuser un programme pour les Américains. Ces deux militants des droits civiques ont obtenu l’asile politique à Cuba. La première émission est sur les ondes le 27 juillet 1962.  Chaque lundi, ils enregistrent un programme d’une heure, baptisé Radio Free Dixie, diffusé trois fois par semaine (lundi, mercredi et vendredi) à 23 heures sur un émetteur puissant (50 kw) de Radio Progreso (690 khz). Radio Free Dixie s’adresse tout particulièrement aux noirs des états du sud et  diffuse des infos sur tout ce qui concerne les combats des afro-américains mais aussi du jazz, du blues et de la soul.

Les émissions prennent fin en 1966 quand le couple choisit de partir pour la Chine populaire.

Novembre 1926 : NBC, le premier réseau radio américain, se lance sur les ondes

Le 15 novembre 1926, une soirée de gala de quatre heures diffusée depuis le Waldorf-Astoria Hotel à New-York inaugure le premier réseau américain, NBC pour National Broadcasting Company.

Trois bonnes fées au-dessus du berceau

En septembre 1926, RCA (Radio Corporation of America), faNBCbriquant de radios, achète la radio new-yorkaise WEAF et WCAP de Washington à l’opérateur téléphonique AT&T. L’opérateur autorise RCA d’utiliser ses meilleurs liaisons téléphoniques ce qui va permettre de développer le premier réseau américain. Au dessus du berceau de NBC se penchent trois bonnes fées actionnaires : RCA 50%, General Electric 30% (le proprio avec Vivendi de nos jours) et Westinghouse 20% (qui possède aujourd’hui CBS).

Une soirée de gala lance le réseau

Le 15 novembre, de 20 heures à minuit, une émission inaugurale réunit le gratin new-yorkais dans la grande salle de bal de l’hôtel Waldorf-Astoria avec les meilleurs orchestres et les stars de l’époque. Déjà NBC montre sa puissance. Lors de la soirée deux artistes sont à des centaines de kilomètres et leur voix parviennent à New-York via le réseau d’AT&T. La soprano Mary Garden chante depuis sa chambre d’hôtel à Chicago et Will Rogers depuis Independance dans le Kansas où l’humoriste se produit.

Qui diffuse la première soirée ?

Cette première historique dans l’histoire de la radio américaine est diffusée sur les stations suivantes : WEAF et WJZ New-York, WEEI Boston, WBZ Springfield, WTAG Worcester, WTIC Hartford, WGR Buffalo, WLIT Philadelphie, WRC Washington, WCSH Portland-Maine, WCAE et KDKA Pittsburgh, WGY Schenectady, WTAM Cleveland, WWJ Detroit, KSD Saint-Louis, WOC Davenport, WCCO Minneapolis, WDAF Kansas-City.

NBC se coupe en deux

A partir du 1er  janvier 1927, NBC divise son réseau en deux. Un Red Network depuis la station mère WEAF riche en divertissements et un Blue Network depuis WJZ plus informatif et culturel.

nbc27

Un Français superstar sur NBC

Au début de l’année 1931, Maurice Chevalier est aux USA. Il doit tourner un film de nbc-chevalierErnst Lubitsh, The Smiling Lieutenant, mais pas seulement. Le chanteur français a décroché le plus gros contrat de l’époque. NBC lui a proposé de chanter pendant 26 semaine, chaque dimanche soir dans l’émission vedette The Chase and Sanborn Hour pour 5000 dollars la semaine. Ce qui correspondrait aujourd’hui à 74 000 dollars !