A la Libération, les Américains opèrent deux fausses radios clandestines à Paris

Emetteur de Villebon

En septembre 1944, Paris est libéré et la Radio de la nation française remplace sur les ondes l’allemande Radio-Paris et la Vichyste Radiodiffusion nationale. Avec des moyens très limités car l’armée allemande a saboté les émetteurs avant de partir. Mais l’armée américaine va donner un bon coup de main pour remettre des installations en état. Avec cependant une petite arrière-pensée. Dans sa ruée vers le Reich, l’armée US aimerait que des soldats de la Wehrmacht retournent leurs armes contre les SS et le régime nazi. L’OSS, l’Office of Strategic Services, l’ancêtre de la CIA, monte une opération d’intoxication à destination des Allemands par l’intermédiaire d’une radio noire. C’est à dire une station censée être, pour l’auditeur, faite par les Allemands et émettant depuis le Reich.

Les services de l’OSS, le Morale Operations Branch, s’installent à Villebon-sur-Yvette, au sud-ouest de la capitale dans les locaux de l’ancien émetteur de Paris-PTT. L’armée allemande en partant n’a pas eu le temps de faire trop de dégâts mais le mât d’antenne a été dynamité. Les Américains s’emploient à remettre le site en état rapidement ce qui permet à la Radio de la nation française de diffuser dans de meilleures conditions sur Paris. Dans la journée. Car les Américains ont obtenu l’accord des autorités françaises pour utiliser cet émetteur en soirée.

Un secret bien gardé

Ils préparent plusieurs radios noires. La première ne pourra durer que quelques jours car elle sera sensée être émise d’une ville que la Wehrmacht aurait prise aux Nazis. Pour bénéficier du secret le plus absolu, les agents américains renoncent à utiliser les studios de la radio française libérée et une ligne des PTT car le personnel technique est le même qu’avant la Libération. Dans le bâtiment de Villebon, ils ont trouvé une table de mixage et des tournes-disques qui feront l’affaire.

“Achtung, Achtung”

Le 21 septembre à 22h45, sur 276 mètres, 1087 khz, un indicatif de trompettes et une voix “Attention, Attention, vous allez entendre une annonce importante” se font entendre. Vient ensuite de la musique militaire quand un officier supérieur allemand déclare qu’il a pris le pouvoir dans une ville voisine du front, sans préciser laquelle, à la suite de troubles violents. Il explique avoir fait occuper la mairie, la gare et le central téléphonique. L’annonce est répétée, il y a de la musique militaire, des séries de mesures pour les civils et à 23h15, l’émission s’arrête. Il est difficile de dire si le stratagème a fonctionné dans les oreilles des Allemands mais côté alliés, les journaux et même les militaires tombent dans le panneau.

Radio clandestine

Trois jours plus tard, la station prend le nom de Westdeutscher Volkssender 281 m (la radio du peuple d’Allemagne de l’Ouest) et diffuse la nouvelle organisation de la cité, jamais nommée. A l’antenne, des Nazis sont dénoncés. Mais le 3 octobre, la radio cesse ses émissions prétextant l’approche des Alliés.

Volkssender Drei propage des rumeurs

Une nouvelle radio noire remplace la précédente. Le 6 octobre 1944, Volkssender Drei, la radio du peuple numéro 3, prend la suite sur 785 kc-235 mètres. Ici, le scénario est le suivant : des résistants allemands ont pris possession d’un émetteur secret que les nazis avaient caché dans la montagne dans l’hypothèse d’un futur réduit alpin. La radio est aux mains d’un soi-disant Parti allemand de la liberté. Au programme un mélange de vraies et fausses informations, ces dernières ayant pour but de propager des rumeurs.

Radio clandestine

L’idée est de faire croire que des poches de rébellion antinazie existent dans le Reich et de susciter des vocations. Au micro, plusieurs personnages fictifs se succèdent. La radio doit arrêter d’émettre à la fin du mois d’octobre, l’accord avec les autorités françaises prévoyant que la Radio de la nation française récupère au 1er novembre la pleine possession de l’émetteur de Villebon.

Mais les Américains ont poursuivi leur avance vers l’est et ils vont affiner cette expérience dans le domaine des radios noires, ces fausses radios clandestines.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.