Quels étaient les slogans des radios d’avant-guerre ?

Juste avant que la guerre éclate, les stations privées françaises sont dans une importante compétition pour attirer la publicité sur leur antenne. Alors pour se démarquer des concurrents, des slogans commencent à apparaître.

Radio-Cité

La station de Publicis ne diffuse que sur la région parisienne, ce qui ne l’empêche pas de proclamer dans chacune des ces publicités dans la presse qu’elle est le “poste le plus écouté”. A force, ça finit par rentrer dans le crâne même si ce statut autoproclamé de radio numéro un n’est pas établi. A partir d’octobre 1938 quand la station diffuse sans interruption toute la journée, un second slogan complète le premier, Radio-Cité est aussi “le poste que l’on ne quitte plus”;

Le Poste Parisien

La radio du Petit Parisien réplique à Radio-Cité en montrant ses gros bras. Le Poste parisien a une écoute nationale par la puissance de son émetteur (60 kw). Elle choisit “la station française que le monde écoute” pour croiser le fer avec sa rivale.

Le Poste Parisien

Radio-37

La radio de Paris-Soir, fraîchement débarquée sur les ondes parisiennes, s’affiche comme il se doit comme “le poste nouveau”.

Radio-37

Radio-Normandie

La radio de Fécamp n’est pas très puissante mais sa position géographique intéresse les Britanniques dont la radio est sous monopole d’Etat. Elle arrose le sud de l’Angleterre et Londres et diffuse à différents moments de la journée des programmes en anglais. Dans la langue de Shakespeare, elle s’affiche comme “happy listening”, traduit en français par “le poste gai” pour se démarquer d’une BBC plus tristounette.

Radio Normandie
Radio Normandy

Radio-Luxembourg

La radio du Grand-Duché joue pleinement sur sa puissance phénoménal pour l’époque. Radio-Luxembourg souligne à volonté qu’elle est la plus puissante d’Europe. Facile !

Radio Luxembourg

Radio-Toulouse

En 1931, Radio-Toulouse avait lancé une consultation auprès de ses auditeurs pour déterminer quels programmes divertissants ils souhaitaient écouter. La station privée de la Ville rose, entendue dans toute la France, joue à la fin des années trente cette même carte du “poste de la joie” et communique sur sa large diffusion.

Radio Toulouse

Radio-Île-de-France

Le poste de Montmartre a moins de moyens que ses concurrents parisiens et ses programmes sont essentiellement musicaux. Du coup, beaucoup de jeunes écoutent cette radio comme en témoigne un premier sondage. Elle peut tout miser sur la jeunesse et la gaieté.

Radio Île-de-France

Radio Bordeaux-Sud-Ouest

Terminons cette revue par Radio-Bordeaux-Sud-Ouest qui joue la carte de l’humour pour attirer des annonceurs sur son antenne susceptible d’être entendue de l’autre côté de la Méditerranée.

Radio Bordeaux Sud-Ouest

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.