Ces petites radios privées qui émettaient en Indochine française

La radio en Indochine française (aujourd’hui le Vietnam, le Cambodge et le Laos) est née et s’est développée sous l’initiative privée. Il y eut tout d’abord Radio-Sindex à Haïphong puis la première Radio-Saïgon qui ont déjà fait l’objet d’articles sur ce site. Et c’est surtout la seconde Radio-Saïgon lancée en 1939 que l’histoire a retenue. Nous aurons l’occasion d’y revenir. Or c’est oublier toute une série de petites radios qui ont prospéré au Tonkin (au nord) ou en Cochinchine (au sud). En effet, l’autorité française locale a autorisé des stations de faible puissance à titre expérimental.

Ces radios passaient essentiellement des disques agrémentées d’infos de l’ARIP (Agence Radiotélégraphique de l’Indochine et du Pacifique, filiale de l’agence Havas). Mais du coup, elles ont connu un beau succès. Elles diffusaient à faible puissance mais sur ondes courtes. Ce qui fait qu’elles ont pu être entendues très loin. Ces radios ont dû cesser d’émettre par un arrêté du gouverneur général le 4 octobre 1939 suite à la déclaration de guerre. Seule la puissante Radio-Saïgon a pu rester sur les ondes.

Radio Boy-Landry (Saïgon)

Les établissements Boy-Landry vendent en Indochine des tas de marchandises importées. Ils ont notamment l’exclusivité de la vente du matériel Philco-Radio, une compagnie de Philadelphie qui fabrique des émetteurs-récepteurs de TSF. Et quoi de mieux pour montrer la qualité des appareils que d’investir dans une station de radio.

Saïgon Boy-Landry
Un entrepôt Boy-Landry dans la banlieue de Saïgon.

Radio Boy-Landry qui s’annonce également comme Philco-Radio, démarre en juillet 1936 et diffuse dans un premier temps une fois tous les deux jours sur 11 700 kc. Quelque mois plus tard un second émetteur est rajouté. La station émet depuis la rue Catinat à Saïgon (aujourd’hui Dông Khoi à Ho-Chi-Minh Ville).

Au début janvier 1939, elle utilise trois émetteurs ondes courtes dans les bandes des 48, 31 et 25 mètres. Le programme s’établit généralement comme suit : 11h45-12h15, vietnamien, 12h15-13h français. 19h30-19h45 chinois, 19h45-20h15 vietnamien, 20h15-21h15 français.

Puis le programme s’étoffe. Voici un exemple, celui du 18 mars 1939 :

Radio Michel Robert (Saïgon)

C’est aussi un établissement commercial qui est à l’origine de cette station qui n’a que dix watts de puissance. C’est celui de Michel Robert, rue d’Espagne à Saïgon. Elle diffuse deux heures par jour de la musique et quelques infos dans la bande des 30-31 mètres, de 19 à 21 heures. Parfois elle émet aussi de 11 à 12 heures.

La Voix d’Indochine (Saïgon)

C’est une station expérimentale sur laquelle on ne dispose que peu d’infos. Elle démarre début 1939 sur 11780 kc (puis 11 830) et propose une émission de disques européens de 18h45 à 19h30 et de musique vietnamienne de 19h30 à 20h15. Comme elle annonce dépendre d’un établissement Philco-Radio, elle appartient très probablement à Boy-Landry. D’autant que la fréquence est proche de sa première station et très complémentaire. Les programmes s’étendent assez vite. Voici ceux de juin 1939.

Vue d’Hanoï.

Les trois stations du Radio-Club d’Indochine

Ce radio-club couvre les territoires du Tonkin, de l’Annam et du Laos. Il obtient en 1935 l’autorisation d’ouvrir une station pour le nord du territoire. Quelque temps plus tard, il en gère trois. En 1938, Radio-Haïphong ferme et les deux Radio-Hanoï fusionnent. Au printemps 1939, la dernière station du Radio-Club cesse d’émettre.

– Radio Hanoï I

Le 2 décembre 1935 à 20h30, le premier poste du club qui sera plus tard connu sous le nom de Radio Hanoï I fait ses essais sur 22 mètres (13 627 khz). L’émetteur qui se trouve au siège de l’association, 82, rue Jules-Ferry (aujourd’hui Hàng Trống ), a une puissance de deux watts seulement, qui passera plus tard à quinze. Il est prévu pour ne couvrir que la ville alors qu’un autre poste est en construction pour couvrir l’Indochine du nord. Ce matériel est construit par un radio-amateur bien connu, René Lebon (indicatif FI8AC). La radio change de fréquence pour s’installer sur 14550 khz.

– Radio Hanoï II

Le deuxième poste du Radio-Club fait ses essais le jeudi 30 janvier 1936 à 18 heures sur la longueur d’onde de 42,40 mètres (7 070 khz) avec 300 watts. il est domicilié au 32, rue de la Pépinière.

Les programmes du 9 mars 1937 :

Programmes des stations du radio-Club de l'Indochine du Nord

– Radio Haïphong

Le troisième poste du radio-club est installé à l’automne 1936 à Haïphong, 41, boulevard Bonnal (aujourd’hui Nguyen Duc Canh). C’est la seconde radio de la ville après l’expérience de Radio-Sindex – Radio Haïphong en 1928. Elle diffuse avec 100 watts en soirée entre 18h30 et 21 heures sur 4600 khz. En 1937, la station émet également le matin et à midi. Elle cesse d’émettre en 1938.

Radio Volonté Indochinoise (Hanoï)

Cette station qui apparaît au début de 1939 porte le nom du journal La Volonté Indochinoise. Ce quotidien d’Hanoï a été fondé par Henri de Laborde de Monpezat, royaliste, et repris par ses descendants à son décès en 1929. La radio émet de 12 à 14 heures de la musique et des infos sur 7100 kc depuis le 15, boulevard Rollandes (aujourd’hui Hai Bà Trung) à Hanoï. Son existence a été de courte durée, trois à quatre mois environ.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.