Le 14 mai 1940, la radio hollandaise tombe aux mains des Allemands

Hollande 40
Un soldat hollandais dans une casemate en mai 1940.

Lors de l’offensive allemande vers l’ouest déclenchée le 10 mai 1940, les Pays-Bas, pourtant neutres, se sont retrouvés en première ligne. Ce matin-là, la radio annonce que des avions de la Luftwaffe survolent le pays puis que des parachutistes allemands dont certains vêtus d’uniformes de l’armée hollandaise ont ciblé quatre villages. En une petite semaine, les Pays-Bas seront vaincus.

La radio hollandaise a une organisation très particulière. Plusieurs associations ou groupement, religieux ou politique, se partagent le temps d’antenne d’Hilversum I (1875 m-160kc à Kootwijk, 150 kw, et 414,4 m-722 kc à Jaarsveld, 17 kw) et Hilversum II (301.5 m-995 kc à Lopik).

Le 10 mai 1940, après avoir eu l’aval du gouvernement, elles décident que chaque jour, un seul des quatre organismes de radio fournira le programme : NCRV, VARA, KRO… Les infos sont fournies par l’agence de presse néerlandaise ANP. Celle-ci doit rapidement annoncer que seuls trois speakers dont les voix sont bien connues liront les infos.

La guerre est aussi sur les ondes

Car les Hollandais doivent faire face également à une guerre sur les ondes. Les Allemands diffusent sur les fréquences hollandaises de fausses informations. Hilversum doit même changer la longueur d’ondes de l’émetteur de Kootwijk de 1875 à 1205 mètres.

Emetteur de Kootwijk
L’imposant bâtiment de l’émetteur de Kootwijk

Comme pendant la campagne de Pologne l’Allemagne use en Hollande de ses supercheries habituelles en radiodiffusant, les informations tendancieuses sur les longueurs d’ondes des postes néerlandais. Cet après-midi 17 heures (note: le 11 mai), le poste de Hilversum a averti ses auditeurs que des nouvelles alarmantes et dénuées de fondement avaient été répandues sous le couvert des compagnies de radiodiffusion hollandaises”, lit-on dans la presse française.

Régulièrement une quatrième voix se fait entendre sur la radio hollandaise. Il s’agit de celle du service de protection aérienne qui signale le nombre d’appareils survolant le pays et leur direction.

Mais face à cette violente agression, le pays ne peut faire face. La reine Wilhelmine et le gouvernement partent pour Londres.

“Une voix de traître”

Le 14 mai à 23 heures, “une voix de traître nous donnait lecture en allemand, et par la suite en hollandais, de trois messages destinés au ministère des Affaires étrangères du Reich et l’informant que l’armée hollandaise, à l’exception des troupes combattant dans la province de Zélande avait déposé les armes à 19 heures“, écrit le quotidien français La Liberté.

Les occupants garderont le meilleur morceau, l’émetteur ondes longues de Kootwijk, pour diffuser des émissions en plusieurs langues. Dans un premier temps, il s’agit de programmes musicaux entrecoupés d’infos en néerlandais, anglais et français. L’émetteur de Jaarsveld diffuse à l’intention des hollandais.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.