Comment fonctionnait Radio-Lille sous l’occupation allemande

Lille pendant l'occupation

Lors de l’invasion allemande de mai 1940, l’émetteur de Lille PTT a été saboté. Mais les occupants l’ont vite remis sur les ondes. Le Nord et le Pas-de-Calais dépendait du gouverneur militaire allemand de Bruxelles. L’émetteur a donc dans un premier temps relayé les programmes de Radio-Bruxelles. Un programme très peu attractif pour les gens du Nord : informations en français, allemand, flamand, cours d’allemand, et un programme musical plutôt ennuyeux.

Un décrochage de deux heures

Finalement, le samedi 28 février 1942, c’est le retour des émissions régionales de Radio-Lille avec l’assentiment de la Radiodiffusion nationale  à Vichy et des autorités allemandes. L’émetteur de Camphin diffuse toujours Radio-Bruxelles mais un décrochage de deux heures est prévu chaque semaine pour Radio-Lille. Cette émission est confiée à Léon Plouviet, l’ancien directeur de Lille PTT et qui sera aussi à la Libération la voix de Radio Lille Libérée. Il garde le célèbre indicatif, hymne du Nord, le P’tit Quinquin. Pour rassembler des musiciens, c’est difficile car la plupart des membres du grand orchestre de Lille PTT sont soit prisonniers soit en zone non occupée. Néanmoins, M. Gaujac, du conservatoire de musique de Lille parvient à réunir seize musiciens.

Radio-Lille pendant l'Occupation

Les installations de la Maison de la radio ayant été détruites en mai 1940, du nouveau matériel provenant de Radio-Bruxelles est installé. Trois studios (sur les six avant guerre) sont équipés, un pour l’orchestre de seize musiciens au rez-de-chaussée, un pour l’ensemble de jazz au second étage et un pour le speaker. L’émetteur diffuse avec une puissance de 20 kw contre 80 kw auparavant.
Radio-Lille, le nouveau nom de Lille PTT, diffuse son émission inaugurale le samedi 28 février avec des voix connues avant guerre comme Bertal, Line Dariel, Bibos, Corvelin, Robervyl, Jazz Dehette, les deux Hilaire, ou encore Jean d’Avril.
L’émission hebdomadaire de Radio-Lille se compose de musique et de sketchs en patois. Il y a également des cours de néerlandais.

Adieu Bruxelles, bonjour Paris

Au tout début, Radio-Lille décroche le lundi puis très vite ce sera le jeudi. Dans la dernière semaine de mai 1942, Radio-Paris remplace brusquement Radio-Bruxelles. « Le Préfet du Nord signale que le poste de Radio-Lille qui depuis l’occupation relayait la station radiophonique de Bruxelles, vient d’être rattaché au réseau français et relaie désormais les émissions de Radio-Paris, peut-on lire dans un rapport des préfets de la zone occupée. Il est certain, ajoute-il, que cette mesure est favorablement accueillie par l’ensemble de la population qui veut la considérer comme un pas vers le rattachement administratif des départements du Nord et du Pas-de-Calais au reste de la France.« 

La Milice française vous parle

Le décrochage régional continue de changer de jour et d’horaires. A partir du 10 juillet 1943, l’émission est diffusée le samedi de 16h45 à 18h45. Elle accueille régulièrement des annonces du délégué départemental à l’information pour convaincre les ouvriers qualifiés d’aller travailler en Allemagne. Au printemps 1944, l’émission « la Milice française vous parle » est intégrée au programme de Radio-Lille.
A partir du 22 août 1944, c’est la seule radio française encore au mains des Allemands. Radio-Lille diffuse son dernier programme le samedi 26 août 1944, la ville étant libérée quelques jours plus tard.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.