Quelles radios émettaient au Vietnam avant le départ des Français ?

Eté 1955 : la guerre d’Indochine se termine et les troupes de l’Union française sont sur le point de plier progressivement bagages. Le Vietnam est coupé en deux, au nord, la République démocratique du Vietnam d’Ho Chi Minh et au sud, l’Etat du Vietnam, secoué par des rivalités politiques et menacé par la guérilla vietminh. Tour d’horizon des stations qui émettaient à l’été 1955 recensés notamment dans des dossiers déclassifiés de la CIA.

France

Radio France Asie. 140 personnes travaillent pour Radio France Asie qui prend la suite de Radio Saïgon en 1949-1950, suite à un accord avec l’Etat du Vietnam. La station qui s’annonce la Voix de la France en Extrême-Orient diffuse en français, en anglais, en vietnamien, en mandarin et en cantonnais. Elle dispose de trois émetteurs de 25 kw et un de 1 kw et ses studios sont à Saïgon (aujourd’hui Hô-Chi-Minh-Ville).

En décembre 1955, le Premier Ministre du Vietnam du Sud, Ngo Dinh-Diem, signe un décret instaurant un monopole d’Etat des émissions radiophoniques. Radio France Asie cesse d’émettre le dimanche 26 février 1956.

Radio-Hirondelle. C’est la radio du corps expéditionnaire. La Voix des forces de l’Union française en Indochine est entendue trois fois par jour, matin, midi et soir, sur 7410 khz et 4403 khz (puissance 1 kw). Elle ouvre et clos ses émissions par La Marseillaise. Ses programmes sont en français, vietnamien, arabe et langues d’Afrique occidentale. Après avoir émis de Hanoï, elle se replie au sud, à Tourane (aujourd’hui Da Nang) à partir d’octobre 1954. Radio-Hirondelle cesse d’émettre le 11 avril 1956 à minuit.

Radios Vietnam

Vietnam du Sud

La Voix du Vietnam Libre (Tieng Noi Vietnam Tu Do).

C’est la radio de l’Etat du Vietnam qui deviendra la république du Vietnam du Sud. Elle a commencé à émettre le 4 janvier 1950 et porte un discours anticommuniste et antifrançais. Elle se nomme Radio Vietnam après la proclamation de la République du Sud Vietnam le 26 octobre 1955.

Elle a deux radios régionales, l’une à Hué (7205 khz), l’autre à Dalat (7265 khz), qui, elles, datent de 1947.

La Voix de l’Armée Nationale Vietnamienne. Elle utilise les mêmes émetteurs que La Voix du Vietnam Libre. Elle a débuté ses émissions le 13 septembre 1954.

Vietnam du Nord

La Voix du Vietnam (Tieng Noi Vietnam)

La station a commencé à émettre clandestinement le 2 septembre 1945. Elle diffuse officiellement de Hanoi depuis le 15 octobre 1954 en vietnamien, cambodgien, laotien, cantonais, mandarin, thaï et français sur cinq fréquences ondes courtes. C’est la radio de la République Démocratique du Vietnam (Vietnam du Nord). Elle existe toujours.

 

Radios clandestines

La Voix du Front National Uni (Tieng Noi Cua Mat Tran Thong Nhat Toan Luc Quoc Gia). La radio est entendue la première fois le 25 mars 1955. C’est la station des confréries Bình Xuyên, Hoa Hao et Cao Dai. C’est une radio anti-Diem, alors Premier Ministre (Sud) et pro-Bao Dai (chef de l’Etat du Vietnam destitué le 23 octobre 1955). Elle diffusait très probablement du sud de Saïgon.

La Voix Libre du Peuple Vietnamien (Tieng Noi Tu Do Cua Nguoi Viet). Elle a émis très peu de temps, du 5 au 11 avril 1955. Il est probable qu’elle était à l’initiative du Dai Viet, des nationalistes anticommunistes.

La Voix de l’Union du Peuple (Tieng Noi Quoc Dan Doan Ket). Elle est sur les ondes à partir du 14 mai 1955 et émet depuis le secteur de Saïgon-Cholon. La station est pro Diem et anti Bao Dai.

La Voix de la Juste Cause Nationale (Tieng Noi Cun Chinh Nghia Quoc Gia). Cette radio a émis du 14 avril au 10 mai 1955. C’est une station de partisans de Diem.

La Voix des Troupes de Libération Nationale du Dai Viet (Tieng Noi Cua Doan Dai Viet Giai Phong Cuoc Gia). Elle émet depuis les montagnes de l’Annam à l’initiative des nationalistes du Dai Viet.

Radio du Peuple, la Voix du Comité révolutionnaire du Sud Vietnam. Elle est entendue la première fois le 1er août 1955. Elle prend la suite de Radio République qui a arrêté ses émissions le 12 juillet. Elle se trouve au coin des rue Miche et Richard dans une maison saisie à la confrérie Bình Xuyên pour en faire le siège du Comité révolutionnaire pro Diem. Pas trop difficile à repérer car elle n’émet pas quand le quartier est privé de courant.

Cambodge et Laos

Radiodiffusion nationale khmère. La Voix du Cambodge émet de Phnom -Penh en khmer et en français sur 6090 khz avec 10 kw. Elle possède également un émetteur de 50 watts à Battambang (6035 khz) et un autre de 200 watts à Siemreap (4970 khz).

Radio des forces armées royales khmères. La station démarre le 20 mai 1955.

Radiodiffusion nationale du Laos. La station de Ventiane a démarré ses émissions en mars 1951. Elle est entendue sur 7215 khz.

Radio-Sindex, la première radio d’Indochine, est née à Haiphong

Et non, ce n’est pas à Saïgon, ou même à Hanoï, qu’est née la première radiosindex d’Indochine. C’est à Haïphong, un port situé au nord du Vietnam d’aujourd’hui, qu’une société privée monte en 1928 une station de radio dans cette colonie française. La Sindex, le petit nom de la Société industrielle d’exportation en Extrême-Orient, fournit à l’Indochine bon nombre de produits manufacturés, dont notamment des postes de réception de TSF via sa filiale Radio-Indochine. Mais pour en vendre, il faut que les colons aient une station à écouter. La Sindex s’équipe donc d’un émetteur construit par les établissements Kraemer à Asnières  et l’installe à Haiphong où elle a basé sa première agence indochinoise.

Après quelques tests, Radio Sindex est inaugurée le vendredi le vendredi 10 février 1928. Elle émet sur 87 mètres avec une puissance de 2 kw. Au programme, une allocution pleine d’emphase du représentant du Gouverneur général, son chef de sindex1cabinet M. Trillat. Puis, c’est au tour de Charles Olivier, secrétaire général de la Sindex de prendre la parole. Cette première émission s’achève par une Marseillaise interprétée par Lucienne Dufrenne.

Le poste de la Sindex diffuse trois fois par jour à 11h, 18h et 20h30 des informations, le cours des changes, du commerce et des valeurs, des concerts de musique européenne, annamite et chinoise.

Cependant, la réception reste insatisfaisante (faible puissance, parasite, longueur d’ondes inadaptée) et se localise uniquement sur la région d’Haiphong. C’est insuffisant pour rentabiliser le poste. Par ailleurs, la Sindex n’est pas en bonne forme financièrement (elle dépose son bilan en 1931). A l’été 1929, Radio-Sindex, connue également sous le nom de Radio-Indochine, la filiale de la Sindex, n’est plus sur les ondes. Un nouveau projet privé se monte à Saïgon qui rachète l’émetteur de la Sindex.

Au bout de deux ans, Radio-Saïgon a dû cesser d’émettre faute de piastres

Saigon4L’essor de la radio dans les colonies et très souvent porté par des initiatives privées. C’est le cas en Indochine française, ce territoire qui regroupait le Laos, le Cambodge et le Vietnam d’aujourd’hui. En 1929, un groupe d’investisseurs fonde la Compagnie franco-indochinoise de radiodiffusion encouragés par les essais, l’année précédente, du Radio-Club de Saïgon sur 28 mètres en ondes courtes. La Compagnie est une filiale de Indochine Films et Cinémas (qui vend du matériel de réception) liée à Pathé Malaya ltd.

Le 18 juillet 1930, les programmes de Radio-Saïgon sont officiellement inaugurés.

Saigon6

Continue reading « Au bout de deux ans, Radio-Saïgon a dû cesser d’émettre faute de piastres »

Radio-Saïgon, la seule radio française à avoir diffusé l’appel du 18 juin

Quoi ? Une radio française a diffusé l’appel du général de Gaulle le 18 juin 1940 à la BBC ?

Oui, mais elle ne l’a pas fait exprès, du moins dans un premier temps. 18juinRadio-Saïgon, une radio privée lancée un an auparavant en Indochine, retransmettait tôt le matin le bulletin d’infos en français du BBC Overseas Service, ce qui compte-tenu du décalage, pourrait correspondre à l’émission du soir heure anglaise. Les infos étaient reprises en direct. En ce matin du 19 juin à Saïgon, le directeur de la station, Jacques Le Bourgeois, écoute sa radio au réveil et entend l’appel. « A peine eut-il parlé qu’un grand silence intervint, raconte-t-il dans ses mémoires (Ici Radio Saïgon, éditions France-Empire) comme si l’émetteur avait cessé de fonctionner au milieu d’une phrase. » Le censeur de service aux studios avait estimait qu’il fallait interrompre la diffusion en attendant les consignes des autorités françaises d’Indochine.

Rediffusé lors de l’émission du soir

Mais l’appel qui avait été entendu en partie sur Radio-Saïgon et totalement sur la BBC provoque une série de manifestations contre la demande d’armistice. En soirée, en signe d’apaisement, les autorités demandent à Radio-Saïgon de rediffuser l’appel qui avait été enregistré sur disque. « Sa diffusion commença les informations du soir et, après tant d’agitation, bénéficia ainsi d’une écoute exceptionnelle. » Parmi les personnes qui l’auront entendu, il y a le général Catroux, Gouverneur général. Le 20 juillet, il est démis de ses fonctions par les autorités de Vichy, prend le bateau pour la métropole mais profite de ‘l’escale de Singapour pour rejoindre la France libre.