FFZ Art et culture, la radio de la concession française de Shanghaï

De 1849 à 1946, soit quasiment un siècle, la France a administré une partie de la ville chinoise de Shanghai. En 1932, 1500 Français vivent dans cette zone de 500 000 habitants qui côtoie la concession internationale et le reste de la ville. Les auditeurs de Shanghai ont alors le choix entre une trentaine de radios diffusant entre 752 et 1500khz.

Les débuts de FFZ, la station radiophonique de l’Alliance française

FFZ7En février 1932, le conflit entre la Chine et le Japon nécessite l’envoi de troupes françaises pour assurer la sécurité de la concession. La ville étant sous couvre-feu, les soldats avaient peu de distractions. M. Langlois, directeur du service radio municipal, installe alors un petit émetteur de 10 watts. Parallèlement la Caisse des œuvres d’intérêts publics équipe les six cantonnements d’un poste récepteur. L’expérience est de courte durée car la tension étant retombée, les militaires plient bagages. Mais l’idée d’une station française à Shanghai a germé.

L’Alliance française investit dans du matériel et émet ses programmes pour la première fois le lundi 15 août 1932 après quelques jours de tests. La radio du « Paris de l’Est » prend l’indicatif d’appel français FFZ (les autres radios européennes de Shanghai utilisent un indicatif chinois commençant par X) et diffuse sur 1340 kc soit 224 mètres avec une puissance de 250 watts (plus tard, elle se fixera sur 1400 kc). FFZ3Le studio est installé à l’étage, au dessus de la caserne des pompiers, 193, avenue Joffre (aujourd’hui Huaihai Road). C’est le service radio municipal, route de Frelupt (aujourd’hui Jianguo lu), qui s’occupe de la diffusion.

Le 14 juillet 1933, un programme de musique dansante d’ajoute en soirée, il est rediffusé par la station américaine XMHA qui émet depuis la concession internationale.

FFZ, station radiophonique de l’Alliance française,  émet trois fois par jour de 12h à 13h45, de 18h30 à 20h et de 21h à 23h. A 13 h et 19h, un bulletin météorologique est communiqué et au milieu des programmes, des dépêches de l’agence Havas sont lues. C’est M. Cazon-Bonardel, directeur de la librairie d’Extrême-Orient qui est chargé de la partie artistique. A chaque tranche de programme, une douzaine de disques sont diffusés prêtés par les commerçants locaux. La station se finance grâce aux dons des auditeurs.

A partir de 1935, la radio est dirigée par Madame Claude Rivière (qui assure elle-même des causeries régulières), une enseignante agrégée de lettres qui, après être passée par la Polynésie, s’installe dans la concession.

FFZ5-bis

Au coeur de la guerre sino-japonaise

En août 1937, lors du conflit sino-japonais, Shanghai est sous le feu des belligérants. La France est neutre et la concession n’est pas directement impliquée dans le conflit. Cependant, elle n’échappe pas aux dommages collatéraux. Ainsi, FFZ cesse ses émissions le 18 août alors que des bombes tombent sur la concession française (445 morts). Elle se taiera jusqu’au 5 octobre.

Sha

A son retour sur les ondes, le 8 octobre 1937, FFZ ajoute à ses programmes la lecture des communiqués des autorités militaires chinoises et japonaises.

Des reportages dans les hôpitaux et les camps de réfugiés sont également diffusés. Quelques semaines plus tard, un journal parlé est mis en place à 21 heures. Puis des causeries en chinois font leur apparition sur les ondes.

 

FFZ devient Radio Art et Culture

Fin février 1938, la station prend le nom de Radio Art et Culture sans rien changer à ses programmes.  Les conférences, causeries sur des sujets culturels se développent à l’antenne.

FFZ

En février 1940, les programmes de la station radiophonique de l’Alliance française sont relayés sur ondes courtes (12090 khz) grâce à un émetteur de 400 watts. Ce qui permet d’atteindre les Français situés à l’extérieur de Shanghai.

Quelques semaines après l’entrée en guerre de la France, la radio se réorganise. A partir du 21 octobre, deux journaux d’informations sont diffusés quotidiennement, en français à 21 h et en anglais à 23h30. Quelques jours plus tard, un bulletin d’information en chinois, à 13h45 puis 14h étoffe la grille des programmes. FFZ6-bis

La drôle de guerre qui sévit en Europe déteint à Shanghai. A partir du 19 avril 1940, la station radiophonique française ajoute un bulletin d’informations en allemand probablement pour tenter de contrebalancer la propagande de XGRS la radio allemande de la concession internationale. Un journal en russe est également diffusé, ce qui porte à six, les langues entendues à l’antenne (français, anglais, mandarin, cantonais, russe et allemand).

Après l’armistice, les autorités de la concession restent fidèles à Vichy. Art et Culture continue ses émissions dont voici ci-dessous la grille de programmes en 1941. Le 30 juillet 1943, Vichy cède la concession française au gouvernement chinois de Nankin, un gouvernement fantôche contrôlé par les Japonais.

FFZ41

Laisser un commentaire