Allouis, l’émetteur grandes ondes qui n’a pas pu être inauguré

A l’occasion de la fin de la diffusion de France Inter sur grandes ondes, retour sur les débuts du centre émetteur d’Allouis en 1939.

Le projet d’installer un émetteur à forte puissance pour Radio-Paris et d’en faire un poste national pouvant rayonner sur tout le territoire date de 1934. L’administration des PTT renonce à conforter les équipements existants aux Essart-le-Roi et privilégie une nouvelle installation au centre de l’hexagone. Elle passe commande d’un émetteur à la Société française radioélectrique et en février 1936, achète un terrain à Allouis à mi-distance de Bourges et de Vierzon dans le Cher. La France s’offre le plus puissant émetteur mondial de l’époque (2×450 kw). Un bâtiment de quatre étages et de 80 mètres de long est construit ainsi qu’un système de quatre antennes disposées aux coins d’un carré. A côté, un centre de diffusion en ondes courtes pour Paris-Mondial est également installé (ils sera mis en service le 28 août 1939).

Emetteur d'Allouis

Les essais commencent tout d’abord de nuit quand Radio-Paris n’émet pas. Puis en mai 1939, ces tests entrent dans une nouvelle phase. « En raison des essais du nouveau poste émetteur d’Allouis, le poste national Radio-Paris doit suspendreallouis3 provisoirement certaines de ses émissions pour la matinée, fait savoir un communiqué de la direction de la radiodiffusion. Pour que cette suspension apporte le moins de gêne possible aux auditeurs, elle a été placée aux heures de plus faible audience et aucune modification n’a été, apportée aux émissions de samedi et dimanche. »

Du 3 au 13 juillet, rebelote. Les émissions de Radio-Paris sont suspendues entre 8h40 et 12h40 sauf le dimanche pour des réglages sur l’antenne.

Puis à partir de mi-juillet, le centre émetteur est relié par câble et peut retransmettre Radio-Paris plusieurs heures par jour mais pas toujours à la puissance maximale.  Une inauguration officielle est annoncée pour le 22 juillet. Mais, du fait d’un agenda politique chargé (lois en préparation), le conseil des ministres interdit le déplacement des membres du gouvernement durant la dernière quinzaine de juillet. Raté.

A partir de fin septembre 1939, le poste national est diffusé en permanence par Allouis. On reparle alors d’inauguration. Mais depuis début septembre, la France est en guerre et le ministre des PTT, Alfred Jules-Julien, est accaparé par les problèmes de distribution du courrier suite à la mobilisation. Il fait en octobre la tournée des centres postaux. (re) Raté.

Laisser un commentaire