Interactive et en direct, la Radio Chanson Express cartonne sur Paris-PTT

La Radio Chanson Express, c’est le nom d’une rubrique du Journal parlé de Paris-PTT qui eu beaucoup de succès pendant quatre ans. Avec en vedette, le chansonnier René Devilliers.

Ce chansonnier est le premier a adapter pour la radio une formule qui fait le succès des cabarets de Montmartre et notamment celui des Noctambules où il se produit. Il s’agit de composer en deux temps trois mouvements une chansonnette à partir des rimes fournies par le public.René Devilliers Chanson Express

Chaque soir à 18h30 sur Paris-PTT, Microvox annonce le sujet du jour. Les auditeurs appellent au numéro Littré 32-89 pour proposer des rimes. « Les deux premières personnes qui la veille ont envoyé des rimes, sont invitées à venir le lendemain au studio annoncer le sujet qu’elles ont choisi pour la chanson du jour. Elles restent généralement là pendant que je la fais« , déclare René Devilliers à Paris-Soir début 1928. « Sitôt les dernières rimes arrivées, la téléphoniste me remet la feuille sur laquelle elles sont inscrites. Le speaker l’annonce en faisant constater l’heure. » Cinq minutes plus tard, vers 19h45, le chansonnier interprète sa chanson.

Radio-Vitus copie

Pendant quatre ans, de 1927 à 1931, René Devilliers estime avoir composé près de 1500 chansons express. Le programme qui a du succès est imité. Ainsi, début 1931, Radio-Vitus copie le concept avec Gaston Secretan et Léon Raiter.

A l’été 31, Paris-PTT évoque des raisons pécuniaires pour mettre fin à la Radio Chanson Express. Le programme était devenu depuis quelques mois beaucoup plus irrégulier.

La Chanson Express déménage

A partir du dimanche 4 septembre 1932, on retrouve la Chanson Express et René Devilliers sur les ondes du Poste parisien. Mais la station ne bénéficie pas de ligne PTT. Les auditeurs doivent donc écrire à la revue de radio le Haut Parleur. Le dimanche, en direct, neuf enveloppes sont tirées au sort. Une pour le sujet, huit pour chaque rime. Mais le programme n’a plus le succès d’avant.

On retrouvera cependant la Chanson Express  et René Devilliers chaque semaine sur Radio-Alger (1934-1936).

Novembre 1928, Radio-Vitus lance un programme de musique à la demande

Dédicaces, disques à la demande, ont de tout temps permis aux radios d’établir un contact direct avec leurs auditeurs. De tout temps, pas tout à fait. Il a fallu quelques années après la naissance de ce nouveau media pour qu’une station française propose à ses auditeurs de demander un morceau de musique de leur choix.

C’est en novembre 1928 que le petit poste de Radio-Vitus annonce que les auditeurs peuvent écrire au 90, rue Damrémont ParisVitus XVIIe, pour proposer un morceau de musique que l’orchestre de la radio jouera en direct chaque semaine. La première émission a lieu le vendredi 16 novembre en soirée. Elle est présentée alors comme une émission innovante.

C’est quoi Radio-Vitus ?

C’est une radio créée par Fernand Vitus et qui se lance sur les ondes en décembre 1926 pour des essais et fin janvier 1927 pour des programmes réguliers quelques jours par semaine sur 310Vitus-Antenne mètres de longueur d’ondes environ. Environ ? Oui, car au début l’émetteur de Radio-Vitus a la fâcheuse manie de se balader en fréquence. La radio parviendra tout de même a se fixer sur la longueur d’ondes de 322 mètres. A ces débuts, la puissance est très faible (500 w) ce qui ne permet guère à Radio-Vitus de se faire entendre au-delà de Paris.
L’antenne, entre deux pylônes de 30 et 40 mètres de hauteur domine les établissements Vitus, fondés en 1921 au 54, rue Saint-Maur puis transférés dès 1924 rue Damrémont. Ce qui fait de Radio-Vitus, le poste de Montmartre. Là, près des ateliers et des laboratoires de recherche de cette société spécialisée dans la fabrication d’appareils de TSF (émetteurs ou récepteurs), un auditorium permet d’accueillir un orchestre ou du public.

Qui est Fernand Vitus ?

Vitus-Fernand Cet ingénieur de l’Ecole des travaux publics est affecté pendant la guerre à un service de radiogonomiétrie de l’armée. A la fin du conflit, il fonde une société de construction d’appareils de TSF qui acquiert rapidement une bonne réputation, notamment par le design bien étudié de ces petits meubles que constituent alors les récepteurs radio. Comme bon nombre de postes privés de l’époque, Radio-Vitus va lui permettre de faire la promotion de ses appareils et de proposer un choix plus large de stations aux futurs acquéreurs de ces postes de réception encore très chers.

Quels sont les programmes ?

Fernand Vitus a confié la direction artistique de la station à Jean Noceti, un violoniste (à droite sur la photo). Vitus-NocetiLe petit poste devient vite le rendez-vous des écrivains, artistes, conférenciers, musiciens dont regorge Montmartre. La direction des programmes littéraires est confiée à Marcel Laporte, le fameux Radiolo qui a quitté Radiola/Radio-Paris. En novembre 1928, les programmes se composent de trois émissions en soirée les mercredi, vendredi et dimanche. Au début de l’année suivante, grâce à collaboration du Journal, un « journal de France radiophonique » sera diffusé avant les concerts du soir.

Voici un extrait de la chanson de Lucien Boyer « Monte là-dessus et tu verras Montmartre » qui sert d’indicatif à Radio-Vitus, le poste de Montmartre.