Il y avait quoi au 22, rue Bayard avant Radio-Luxembourg puis RTL ?

RTL quittera bientôt ses locaux historiques de la rue Bayard pour s’installer à Neuilly-RTLsur-Seine face à M6. Zoom sur l’histoire de cet immeuble qui contrairement à une légende colportée par l’émission les Grosses Têtes n’a jamais hébergé un bordel nommé le Panier fleuri. Ce dernier se trouvait à Barbès. Cependant, il y  a eu à cette adresse une histoire un peu olé-olé pour l’époque, une histoire de moeurs peut-être à l’origine de la rumeur. A découvrir à la fin de cet article.

A l’été 1936, Radio-Luxembourg s’installe dans ce petit immeuble (agrandi en 1972 de plusieurs étages et d’un sous-sol supplémentaire) où se trouvent déjà Foniric, une société de production de programmes de radio clé en main et Information et publicité, la filiale d’Havas qui gère la réclame de Radio-Luxembourg, du Poste-Parisien et de Radio-Alger.

Mais qui occupait les locaux avant ?

Des cours de gymnastique rythmique

En avril 1933, l’adresse devient le siège social de l’Association française de gymnastique harmonique, qui mêle danse et sport. Elle est dirigée par Irène Popard qui y accueille femmes et enfants.

Une maison de couture

En 1927, une maison de couture s’installe au 22, rue Bayard. Les locaux vont abriter les défilés de mode du créateur Daniel Gorin. Cette adresse permet notamment d’avoir l’indicatif téléphonique Elysées. Pour avoir la maison Gorin, il fallait demander Elysées 90-60 ou 90-61 à l’opératrice. Mais ça ne suffit pas pour réussir. La maison de couture est placée en liquidation judiciaire le 15 août 1931.

Une antiquaire

En janvier 1924, l’adresse est celle de  Marianne Kinceler, une antiquaire qui s’est spécialisée dans l’importation d’art oriental. Voici, le bric-à-brac du 22, rue Bayard à l’époque.

Un architecte-décorateur

En 1912, on y trouve l’atelier d’un décorateur d’intérieur, créateur de meubles très coté, Maurice Dufrène. En 1921, une exposition des oeuvres de ce designer est organisée.

De la divination physico-psychique

La divination physico-psychique révèle les deux êtres, l’âme et le corps, explique la réclame du docteur Dhard’Ghar, un praticien de Londres, qui reçoit au 22, rue Bayard de 14 à 18 heures fin 1910.

Une salle des fêtes

Au début du XXe siècle, l’immeuble abrite l’Hôtel de la Société des publications diplomatiques. Banquets d’association et galas de charité y sont donnés comme pour l’oeuvre des petites filles abandonnées ou les sinistrés des inondations du Midi.

Un soir, la location de la salle a posé problème. Le 9 décembre 1909 vers 23 heures, une trentaine de policiers en civil de la Brigade des jeux, qui sur la base de renseignements cherchent un tripot clandestin, font une descente. Ils découvrent que « cent cinquante personnes environ, messieurs très bien, en habit noir, élégantes dames, en toilette de soirée admiraient un tableau « Vision d automne », composé de sept jeunes femmes qui avaient laissé leurs vêtements au vestiaire« , rapporte Le Petit Parisien. Dans les coulisses quinze autres jeunes filles de 15 à 18 ans s’apprêtaient à entrer en scène. Les 150 spectateurs et spectatrices ne purent partir qu’après avoir laissé leur identité.

Le 22, rue Bayard un bordel ? Un joyeux bordel le temps d’une soirée de 1909.

 

2 thoughts on “Il y avait quoi au 22, rue Bayard avant Radio-Luxembourg puis RTL ?

  1. Heureux d’apprendre enfin « l’historique  » du 22 rue Bayard.
    Je l’ai fréquenté à partir de 1947 et y ai « vécu » de 1952 à 1962.
    J’en ai connu tous les recoins du sous-sol au grenier !
    Je me souviens que lors de travaux en 53 ou 54 des trous avaient été découverts
    dans une cloison entre deux bureaux du 1er étage (ceux du directeur et de sa secrétaire)
    et interprétés comme ayant servis à des voyeurs !
    Cela pour votre information.
    Félicitations pour vos articles.

Laisser un commentaire