Il y a 75 ans, Welles faisait trembler les auditeurs. Mais il n’était pas le premier…

Mars attaque… via la radio de CBS

C’était le 30 octobre 1938 sur le réseau radio de CBS : « La38Figaro radiodiffusion très réaliste d’une pièce basée sur le roman la Guerre des mondes de H.-G. Wells où il est question, dans une envolée d’imagination à la Jules Verne, d’une invasion de la terre par les habitants de Mars, causé une panique extraordinaire dans différentes parties des Etats-Unis, annoncent les agences de presse.

Le metteur en scène américain, M. Welles, avait remplacé les38Matin noms de pays qui figurent dans le livre de Wells par ceux de villes américaines. Des milliers de sans-filistes ayant tourné le bouton de leurs appareils de T.S.F. alors que le récit était en train et croyant qu’il s’agissait d’informations véritables furent horrifiés en apprenant qu’un météore énorme s’était abattu sur le New-Jersey répandant sur la terre des milliers d’êtres étrangers ressemblant à des poulpes et transmettant des rayons de la mort. On ne peut s’expliquer que par un phénomène de folie collective les scènes qui s’ensuivirent dans l’Etat de New-Jersey où les habitants par centaines prirent la fuite dans leurs voitures, emportant leurs objets de valeur. »

La Guerre des mondes sur CBS

Un précédent sur la BBC

KnoxEn janvier 1926,  « le révérend père Knox radiodiffusa un journal parlé purement fantaisiste décrivant l’invasion de Whitehall par des milliers d’émeutiers qui avaient abattu la grosse horloge de Big Ben dominant le Parlement et fait sauter l’hôtel Savoy, raconte Le Matin. Des milliers de sans-filistes qui n’avaient pas entendu le début de la radiodiffusion expliquant qu’il s’agissait d’un récit fantaisiste furent pris de panique et plus de vingt mille télégrammes furent adressés à la Corporation britannique de radio-diffusion pour demander des précisions.« 

La première « radiopanique » est française

maremoto« Angoissant mystère : un navire en perdition dans l’Atlantique envoie par T. S. F. des appels désespérés », titre le 22 octobre 1924 le quotidien Le Matin. « Dans la soirée d’hier, vers 19 beures, un de nos correspondants nous informait qu’un poste de T.S.F. de Champigny venait d’intercepter des appels de secours désespérés lancés par la Ville-de-Saint-Martin. Le poste récepteur a pu entendre que le navire, surpris par un grain, se trouvait en perdition par 40° latitude nord et 39° de longitude, en plein Atlantique, et que le capitaine avait donné l’ordre de mettre les ceintures de sauvetage. » Le journal souligne cependant que « La Ville-de-Saint-Martin ne figure pas au répertoire du bureau Veritas, qui mentionne seulement la Ville-de- Saint-Amarin, cargo appartenant à un groupement industriel de Rouen« . En fait, il n’y a pas de drame maritime. Une répétition de la pièce radiophonique Maremoto qui met en scène un naufrage de paquebot a été diffusé par mégarde sur l’antenne  du poste privé Radio-Paris en direct ! « La Compagnie Radio-Paris nous informe que ces appels n’étaient autres que ceux lancés par les artistes qui répétaient un radioscénario que l’on doit présenter ce soir au public sans-filiste, réagit Le Matin. S’il faut féliciter les auteurs d’avoir si bien réussi à créer l’illusion, il est permis de regretter qu’on n’ait pas eau la pensée d’avertir auparavant les amateurs innombrables «qui, dans le silence nocturne, auscultent avec émoi les ondes magiques. » La pièce était effectivement au programme de Radio-Paris à 20 heures : Maremoto, radio-drame de la mer (primé au concours de littérature radiophonique de l’Impartial français), par Pierre Cusy et Gabriel Germinet, avec le concours de: M. Jean Vaste, du Gymnase, M. Pierre Cusy de la Porte-Saint-Martin, et de Mlle Sylvestre. Metteurs en bruits: la mer, le vent, la pluie, le tonnerre ». Elle a été déprogrammée car l‘affaire a donné quelques sueurs froides à la Marine nationale qui s’est empressée de faire interdire cette pièce. Elle ne sera mise en ondes que dix ans plus tard par le Poste Parisien.

Evocation de Maremoto par la Radiodiffusion française en 1949

Laisser un commentaire