Les débuts sur les ondes de Radio Lorraine après la Libération

Après une quinzaine de jours de travail et une série d’essais, les techniciens de la Radiodiffusion pensent être prêts. Radio Lorraine va pouvoir être sur les ondes le vendredi 22 décembre 1944 à Lorraine120h15 sur 224 mètres (1339 kc). Paul Chailley-Bert, commissaire de la République et René Peeters, président du comité départemental de libération, doivent prendre l’antenne pour inaugurer le poste régional. Mais le lancement doit être reporté de quelques jours à cause de difficultés techniques. Il faudra en fait attendre plus d’un mois. Il faut dire que la situation militaire reste fragile. Le front est à une centaine de kilomètres de Nancy et les Allemands ont déclenché une contre-offensive dans les Ardennes.

Les auditeurs doivent apporter des disques

L’émetteur de faible puissance diffuse cependant des disques et relaie les informations de la chaîne nationale à Paris. Chaque jour de 6h55 à 9h15, de 11h45 à 14h15 de 17h55 à 20h15 ; le dimanche de 7h30 à 11h, de 11h55 à 14h15 et de 17h30 à 19h30. Mais la station a de très faible moyen et doit faire appel aux auditeurs pour qu’ils apportent des disques au studio du 60, avenue Foch à Nancy. « Très prochainement, nous vous présenterons des émissions régionales qui, nous l’espérons, vous plairont, indique un communiqué de la station. Nous rappelons à tous  les talents qui désireraient nous prêter leur concours, qu’ils peuvent soit se présenter à notre adresse les lundis et vendredis de 10 a 11 heures, soit nous écrire au Service des émissions artistiques de Radio-Lorraine. »

L’inauguration de Radio Lorraine

Lorraine2C’est le jeudi 1er février 1945 à 18 heures que Radio-Lorraine est inaugurée. On a fait appel pour la partie artistique à des chanteurs de Nancy, Jacqueline Berger, Vincent Cassini, René Dahier. Pour la partie institutionnelle, il y a autour du commissaire de la République, Paul Chialley-Bert, les représentants des diverses administrations, le maire de Nancy et des militaires dont le commandant Barall de l’US Army.

La nouvelle station régionale se distingue par une place importante accordée au sport avec notamment des émissions sportives le dimanche animées par Maurice Jacquet, rugbyman et athlète.

Radio Lorraine se balade sur les ondes

En ces débuts de réorganisation de la radio, les longueurs d’ondes ne sont pas encore bien fixées. Ainsi, dès le le 3 février, les auditeurs observent un changement de la longueur d’ondes qui passe à 259 m au lieu de 224 m. Mais quelques jours plus tard, Radio Lorraine est de retour sur 224 mètres.

A partir du 25 février, Radio Lorraine peut enfin retransmettre les programmes de la radio nationale. Les horaires sont alors les suivants : en semaine de 6h30 à 10h et de 11h à 22h ; le dimanche de 6h30 à 22h. La tranche de 20h15 à 21h30 est consacrée aux programmes régionaux.

Forte augmentation de puissance

Mi-juillet 1945, on annonce que Radio Lorraine va améliorer sa puissance. De quelques watts, la station va passer à 10 kw, ce qui va lui permettre d’avoir une audience beaucoup plus large. Les essais démarrent le dimanche 15 juillet et se poursuivent chaque jour de 19h15 à 23h sur la même longueur d’ondes.

Le programme s’établit alors comme suit :

En semaine : début à 6 h25 par le relais de Paris. Emissions régionales de 8h10 à 8h30 puis de 13h10 à 14 h, à faible puissance. De 19h15 à 20h et  22 à 23 h, avec la puissance de 10 kw. Le dimanche: début à 7h25 par le relais de Paris. Emissions régionales de 9h10 à 9h30, de 12h10 à 12h30, de 13h30 à 14 h, à faible puissance. De 19h30 à 20 h puis de  22 à 23 h, avec la puissance de 10 kw.

Fin septembre, Radio-Lorraine change d’horaires. Elle décroche de 8h15 à 8h30, de 12h à 12h30 et de 18h30 à 19h30 (sauf le dimanche), de 22 h à 23 h (sauf le vendredi). La station annonce un prochain changement de longueur d’ondes de l’émetteur de Nancy de 224 m (1 339 kilocycles) à 312,86 m (959 kilocycles).

Fin décembre 1945, Radio-Lorraine loue des locaux à la ville de Nancy dans une galerie de Nancy-Thermal pour y installer ses studios.

Radio-Verdun, le poste meusien, la toute première radio de Lorraine

VerdunLe vendredi 3 décembre 1926 à 21 heures, le premier poste lorrain se faisait entendre sur les ondes. Une initiative due à trois personnes du Radio-Club Verdunois, Messieurs Belot et Gauny ainsi que le capitaine Croizder.

La radio est installée dans un coin des ateliers Gauny Frères au 72, rue Saint-Sauveur. Elle émet chaque vendredi sur 240 mètres avec une petite puissance. Ce qui lui vaut une mauvaise qualité de réception. En février 1927, la station s’arrête une semaine pour trouver une solution technique : « Pour rendre possible à certains postes non équipés pour les toutes petites ondes de recevoir nos émissions, nous avions décidé, en effet, d’émettre non plus sur 240 m., mais sur une longueur d’onde voisine de 300 mètres. L’expérience, nous devons le reconnaître, a été plutôt malheureue, car, à 300 m., le nombre des postes émetteurs devient considérable de sorte que notre émission fut gênée par des voisins nombreux et puissants« , explique le Radio-Club verdunois.Verdun3

Hélas, l’expérience n’aura duré que quelques semaines car l’administration des PTT a fait pression sur la petite équipe. L’Etat prévoit en effet l’installation d’un poste régional à Strasbourg.

Les premières infos locales

Dommage, car les programmes hebdomadaires étaient plutôt bien construits. Ils débutaient par le Radio Bulletin meusien, des infos locales lues par le directeur de l’hebdo local. Il « donnait d’abord les cours des céréales, détaillait et commentait l’état du marché, le prix de l’escalope ou de la côtelette première, les variations du pain. Puis passait au chapitre du sport, annonçant les rencontres dominicales et brossant le tableau de la situation dans le département » souligne le journal. Les infos se poursuivaient par les spectacles puis les faits-divers. Suivait alors un programme comme celui-ci, le vendredi 10 décembre 1926.

21h15.- Allocution de M. Berthemy, adjoint au maire de Verdun, président des Anciens Combattants, en faveur du Monument aux Enfants de Verdun morts pour la France.

21h30.- Radio-concert avec le concours- du ténor M. Fripier et de MM. Damart et Grillet, virtuoses du hautbois.

Puis Radio-Jazz, par Eusiobe et son Hyper Orchestre (fox trot, charleston, etc.).