GI Jill contre la Rose de Tokyo : la guerre des ondes des sirènes du Pacifique

GI-JillTokyoRose« Bonjour, je suis votre ennemie préférée« , une voix douce, enjôleuse, s’adressait pendant la guerre du Pacifique  aux soldats américains via Radio-Tokyo. Au programme, de la bonne musique et des interventions destinée à saper le moral des GI’s. « Vous aimez cette musique ? Vous aimeriez être chez vous pour danser sur cette merveilleuse musique? C’est simple, il suffit que la guerre s’arrête. » Cette voix se cachait derrière le pseudonyme de Orphan Ann, mais les soldats américains l’ont vite surnommée la Rose de Tokyo. Si plusieurs animatrices japonaises utilisaient ce pseudo, l’histoire a surtout retenu le nom d’Iva Toguri, une américano-japonaise jugée et condamnée aux USA pour trahison après la guerre avant d’être finalement réhabilitée. On peut l’entendre sur ce film de propagande américain (eh oui).

Lors de la guerre du Pacifique, une autre voix douce cajolait le soldat américain sur les ondes d’AFRS, l’American Forces Radio Service, la radio de l’armée US. Six jours par semaine depuis Los Angeles, GI Jill, la copine de soldats US, regonflait le moral des troupes en animant l’émission GI Jive avec de la musique jazz dédicacée et donc beaucoup de courrier d’auditeurs. Une lettre sur quatre adressées à AFRS était pour elle. Souvent, le courrier est très passionné, il arrive même à GI Gill, alias Martha Wilkerson dans le civil, de se voir livrer des fleurs au studio. Replongez dans l’ambiance de l’époque et écoutez un programme complet de GI Jive.

« Till next jive time, this is your GI gal Jill saying good morning to some of you, good afternoon to some more of you, and, to the rest of you … good night.« 

 

Aujourd’hui, Radio-Tokyo (devenue Radio Japon) souffle ses quatre-vingts bougies

Le 1er juin 1935, La radiodiffusion publique japonaise (NHK– Nippon Hōsō Kyōkai) lançe ses premiers programmes destinés à l’étranger. Ces émissions sont d’abord diffusées en anglais et enNHK japonais pour atteindre les communautés d’origine nipponne d’Hawaï et de la côte ouest américaine. avant, deux ans plus tard de s’élargir. Le 1er avril 1937, la première émission en français de Radio-Tokyo est sur les ondes. La radio japonaise vise alors plus spécialement la Chine (les Français administrent une partie de Shanghaï) et l’Indochine. La station impériale diffuse alors en neuf langues : japonais, anglais, français, allemand, italien, espagnol, portugais, hollandais et chinois. Elle dirige ses antennes dans cinq directions : l’Europe, l’Amérique du Sud, la côte Est des USA, la côté ouest et Hawaï, l’extrême-orient.

En France, pendant la guerre, il est possible de capter les infos en français de Radio-Tokyo sur ondes courtes à 23h30 sur 25,42 m (11 800 khz).

Tokyo

Le 15 août, malgré une tentative d’officiers opposé à la reddition, Radio-Tokyo peut diffuser une allocution enregistrée de l’empereur Hiro-Hito qui annonce que les Japonais acceptent les termes de la capitulation. C’est la première fois que les Japonais entendent la voix du Mikado.

L’occupation américaine met fin aux émissions vers l’étranger de Radio-Tokyo. Le 10 septembre des officiers américains vont au siège de la radio et font cesser les émissions sur ondes courtes .Le service extérieur de la NHK ne reviendra sur les ondes que le 1er février 1952 sous le nom de Radio Japon. De nos jours, la station émet en 18 langues, dont le français et poursuit ses émissions en ondes courtes vers l’Afrique.