La radio transatlantique du Leviathan, le plus gros paquebot du monde

Au début des années vingt, le Leviathan, Paquebot Leviathansous pavillon américain, est le plus gros  paquebot du monde. Ce navire de 290 m de long, saisi aux Allemands en 1917, relie pour la compagnie United States Lines l’Amérique et l’Europe. Il bénéficie d’équipements perfectionnés, notamment dans le domaine des transmissions.

Radio WSN LeviathanFin 1924, il dispose même de sa propre station de radiodiffusion à bord que de nombreux amateurs peuvent capter de chaque côté de l’Atlantique. Elle diffuse lors des traversées transatlantiques sur une longueur d’ondes voisine de 320 mètres. Pour éviter d’interférer avec des stations existantes, la radio offshore prend soin d’émettre quand la station 2LO à Londres (future BBC) cesse ses programmes. Elle n’émet pas non plus quand le navire utilise son service de radiotéléphonie. La compagnie a mis les moyens car huit techniciens opèrent dans la cabine de TSF. Sur la photo ci-contre, l’un d’entre eux règle la longueur d’ondes de la radio.

Une cloche pour indicatif

La radio du Leviathan a pour nom WSN. L’indicatif n’est autre que deux coups de la cloche du navire, à la manière de Radio Caroline, la célèbre radio pirate de haute mer. Les programmes consistent en musique de jazz par l’orchestre du bateau, de bulletins de la météo et de retransmissions de conférences données à bord. On peut aussi y entendre des stars qui ne manquent pas d’utiliser le paquebot pour traverser l’Atlantique. Comme ici, le duo d’actrices et chanteuses les Duncan Sisters que l’on voit au micro de WSN.

La radio aura eu une existence assez brève, même si l’on trouve encore quelques diffusions en 1926 sous le nom de WSBN en ondes courtes.

Trois histoires radiophoniques du début de l’ère castriste

1958 : la guérilla de Fidel Castro lance ses émissions rebelles

Radio RebeldeAujourd’hui, Radio Rebelde est une station qui couvre Cuba par de multiples et puissants émetteurs. A ses débuts, la station est clandestine. Elle démarre ses émissions le 24 février 1958 dans la sierra à l’initiative de Che Guevara par un programme de 20 minutes alimenté par un groupe électrogène.

Radio Rebelde diffuse ensuite tous les jours à 17 et 19h dans la bande des 20 mètres des émissions constitués d’infos, communiqués, musique, messages aux familles, messages aux unités de la guérilla.

1960 : l’Empire contre-attaque avec Radio Swan

Le 17 mai 1960, les auditeurs des Caraïbes peuvent entendre une nouvelle station en espagnol et en anglais sur 1160 khz. Radio Swan diffuse des programmes commerciaux mais très hostile au nouveau régime de Cuba. Elle bénéficie de deux émetteurs, un en ondes moyennes de 50 kw et un second en ondes courtes de 3,5 kw (fréquence 6000 khz). Le tout est installé sur l’île de Swan, un territoire alors contesté entre les USA et le Honduras. Fidel Castro réagit en organisant les radios cubaines proches de la fréquence de Radio Swan en une même station, La Voz del INRA (la Voix de l’Institut national pour la réforme agraire) dont la mission est de gêner les émissions.

Les programmes de Radio Swan sont enregistrés aux USA et acheminés sur l’île par avion. L’équipe technique est ravitaillée sur l’île par l’US Navy. Car Radio Swan est en fait une radio de la CIA. Elle sera notamment très active lors du débarquement de la baie des Cochons. Mais elle est si violemment anti-castriste qu’elle rate sa cible et finit par perdre sa crédibilité.

1962 : Radio Free Dixie, la riposte de Fidel Castro

En 1962, Fidel Castro autorise Robert F. Williams et sa femme Mabel a utiliser les ondes cubaines pour diffuser un programme pour les Américains. Ces deux militants des droits civiques ont obtenu l’asile politique à Cuba. La première émission est sur les ondes le 27 juillet 1962.  Chaque lundi, ils enregistrent un programme d’une heure, baptisé Radio Free Dixie, diffusé trois fois par semaine (lundi, mercredi et vendredi) à 23 heures sur un émetteur puissant (50 kw) de Radio Progreso (690 khz). Radio Free Dixie s’adresse tout particulièrement aux noirs des états du sud et  diffuse des infos sur tout ce qui concerne les combats des afro-américains mais aussi du jazz, du blues et de la soul.

Les émissions prennent fin en 1966 quand le couple choisit de partir pour la Chine populaire.

Novembre 1926 : NBC, le premier réseau radio américain, se lance sur les ondes

Le 15 novembre 1926, une soirée de gala de quatre heures diffusée depuis le Waldorf-Astoria Hotel à New-York inaugure le premier réseau américain, NBC pour National Broadcasting Company.

Trois bonnes fées au-dessus du berceau

En septembre 1926, RCA (Radio Corporation of America), faNBCbriquant de radios, achète la radio new-yorkaise WEAF et WCAP de Washington à l’opérateur téléphonique AT&T. L’opérateur autorise RCA d’utiliser ses meilleurs liaisons téléphoniques ce qui va permettre de développer le premier réseau américain. Au dessus du berceau de NBC se penchent trois bonnes fées actionnaires : RCA 50%, General Electric 30% (le proprio avec Vivendi de nos jours) et Westinghouse 20% (qui possède aujourd’hui CBS).

Une soirée de gala lance le réseau

Le 15 novembre, de 20 heures à minuit, une émission inaugurale réunit le gratin new-yorkais dans la grande salle de bal de l’hôtel Waldorf-Astoria avec les meilleurs orchestres et les stars de l’époque. Déjà NBC montre sa puissance. Lors de la soirée deux artistes sont à des centaines de kilomètres et leur voix parviennent à New-York via le réseau d’AT&T. La soprano Mary Garden chante depuis sa chambre d’hôtel à Chicago et Will Rogers depuis Independance dans le Kansas où l’humoriste se produit.

Qui diffuse la première soirée ?

Cette première historique dans l’histoire de la radio américaine est diffusée sur les stations suivantes : WEAF et WJZ New-York, WEEI Boston, WBZ Springfield, WTAG Worcester, WTIC Hartford, WGR Buffalo, WLIT Philadelphie, WRC Washington, WCSH Portland-Maine, WCAE et KDKA Pittsburgh, WGY Schenectady, WTAM Cleveland, WWJ Detroit, KSD Saint-Louis, WOC Davenport, WCCO Minneapolis, WDAF Kansas-City.

NBC se coupe en deux

A partir du 1er  janvier 1927, NBC divise son réseau en deux. Un Red Network depuis la station mère WEAF riche en divertissements et un Blue Network depuis WJZ plus informatif et culturel.

nbc27

Un Français superstar sur NBC

Au début de l’année 1931, Maurice Chevalier est aux USA. Il doit tourner un film de nbc-chevalierErnst Lubitsh, The Smiling Lieutenant, mais pas seulement. Le chanteur français a décroché le plus gros contrat de l’époque. NBC lui a proposé de chanter pendant 26 semaine, chaque dimanche soir dans l’émission vedette The Chase and Sanborn Hour pour 5000 dollars la semaine. Ce qui correspondrait aujourd’hui à 74 000 dollars !

Il invite les auditeurs à un barbecue et doit nourrir 38 000 personnes !

Le 3 février 1924, Edward A. Salisbury, un milliardaire, explorateur et écrivain, qui a l’habitude de tenir des conférences au micro, lance en direct sur la station KHJ de Los Angeles une invitation à tous les auditeurs. Ceux qui le souhaitent pourront venir le 17 février à un barbecue organisé dans sa vaste propriété de La Joya (aujourd’hui Greenville) dans les montagnes au nord de LA.

L’appel a un succès extraordinaire. 27000 d’auditeurs écrivent à la radio pour indiquer qu’ils seront présents à cette grande fête. Mais le jour du barbecue, la ruée est plus importante que prévue. A tel point que la police doit fermer la route qui mène à la propriété. On estime que 60 000 personnes ont cherché à atteindre La Joya ! Un peu plus de la moitié y est parvenu, car les hamburgers ont été servis à 38 000 cBarbecueonvives ! Heureusement, le milliardaire s’était organisé. Il avait embauché une équipe d’une cinquantaine de personnes qui a tout préparé en dix jours. Une quinzaine de cuisiniers et huit barbecues de 5 mètres de long ont été nécessaires pour nourrir tout ce beau monde. Quelques chiffres à donner le vertige : les auditeurs ont englouti 10 tonnes de boeuf, 50000 buns, 30000 pommes, 400 kg de café… Il a fallu trente camions pour transporter le nécessaire dans la propriété de M. Salisbury.

Un auditeur venu de New York !

Les premiers invités sont arrivés à 5h30 du matin. Ils ont dû attendre que le service démarre à 10 heures. Les derniers ont mangé leur hamburger à 18 heures. Parmi eux, un auditeur de New York ! Il avait pris le train et traversé tous les Etats-Unis pour assister à cet événement.

On ignore combien tout cela a coûté. Mais ce barbecue record n’a pas mis Edward A. Salisbury sur la paille. Il a continué à dépenser (et gagner !) de l’argent. C’est l’un des premiers producteurs de cinéma.

KHJ-AM,1927
La station de KHJ en 1927. KHJ est une station AM qui est née le 13 avril 1922 et qui s’est tue le 31 janvier 1986.

 

GI Jill contre la Rose de Tokyo : la guerre des ondes des sirènes du Pacifique

GI-JillTokyoRose« Bonjour, je suis votre ennemie préférée« , une voix douce, enjôleuse, s’adressait pendant la guerre du Pacifique  aux soldats américains via Radio-Tokyo. Au programme, de la bonne musique et des interventions destinée à saper le moral des GI’s. « Vous aimez cette musique ? Vous aimeriez être chez vous pour danser sur cette merveilleuse musique? C’est simple, il suffit que la guerre s’arrête. » Cette voix se cachait derrière le pseudonyme de Orphan Ann, mais les soldats américains l’ont vite surnommée la Rose de Tokyo. Si plusieurs animatrices japonaises utilisaient ce pseudo, l’histoire a surtout retenu le nom d’Iva Toguri, une américano-japonaise jugée et condamnée aux USA pour trahison après la guerre avant d’être finalement réhabilitée. On peut l’entendre sur ce film de propagande américain (eh oui).

Lors de la guerre du Pacifique, une autre voix douce cajolait le soldat américain sur les ondes d’AFRS, l’American Forces Radio Service, la radio de l’armée US. Six jours par semaine depuis Los Angeles, GI Jill, la copine de soldats US, regonflait le moral des troupes en animant l’émission GI Jive avec de la musique jazz dédicacée et donc beaucoup de courrier d’auditeurs. Une lettre sur quatre adressées à AFRS était pour elle. Souvent, le courrier est très passionné, il arrive même à GI Gill, alias Martha Wilkerson dans le civil, de se voir livrer des fleurs au studio. Replongez dans l’ambiance de l’époque et écoutez un programme complet de GI Jive.

« Till next jive time, this is your GI gal Jill saying good morning to some of you, good afternoon to some more of you, and, to the rest of you … good night.« 

 

Il y a soixante-dix ans : les Américains libèrent Radio-Luxembourg

radioluxembourg2Le 10 septembre 1944, l’armée américaine entre dans la ville de Luxembourg. L’émetteur de Radio-Luxembourg, à une vingtaine de kilomètres de là est encore aux mains des Allemands. Morrie Pierce, un ingénieur en chef de l’OWI (l’Office of war information) prend avec lui trois soldats et une jeep et se dirige vers Junglister où se trouve le très convoité émetteur de 150 kw de Radio-Luxembourg.

Arrivés dans la localité, ils doivent demander leur chemin aux habitants. Les voilà en vue des antennes. Un Luxembourgeois accepte d’aller faire un tour en bicyclette pour voir les lieux. Ils revient et explique où sont stationnés les Allemands. Morrie va chercher l’aide de l’armée. Il arrive à persuader les officiers de l’importance de la station. Des tanks et des soldats d’infanterie se dirigent alors vers l’émetteur. Vers minuit un premier détachement s’approche discrètement du site. Des troncs d’arbres attachés au sol barrent la route.

Continue reading « Il y a soixante-dix ans : les Américains libèrent Radio-Luxembourg »

C’était comment le D-Day sur les radios américaines ?

Debarquement2

Après l’attaque surprise de Pearl Harbor en décembre 1941, le Débarquement en Normandie est l’événement de la Seconde Guerre mondiale qui a été le plus suivi par les auditeurs américains. Les quatre grands réseaux, NBC, CBS, Mutual et Blue (sans compter les multiples réseaux régionaux et les radios locales) ont bouleversé leur programme. Récit d’une nuit et matinée historique (heure de la côte Est).

0h37, sur la côte Est américaine (6h37 en Angleterre), une dépêche d’Associated Press signale que l’agence allemande Trans Ocean annonce que l’invasion a débuté. Les radios américaines se méfient mais relaient dans leurs bulletins cette nouvelle en prenant des pincettes car elles redoutent une opération de propagande allemande

1h26, la BBC diffuse  une recommandation aux populations. La radio allemande fait état de bombardements au Havre, de parachutages en Normandie et de barges de débarquement. Les autorités américaines ne confirment pas.

3h, CBS interrompt son programme musical pour des informations non stop.

3h17, NBC fait de même.Debarquement3

3h32, premier communiqué de l’état-major qui annonce que le débarquement a commencé.

3h49, message radiodiffusé du Général Eisenhower à ses troupes suivi par celui du roi Hakoon de Norvège à son pays.

3h59, message radiodiffusé du premier ministre hollandais suivi par son homologue de Belgique.

Les programmes des grandes radios sont tous chamboulés et les publicités annulées.

4h17 Le premier témoin oculaire , correspondant de WSB Atlanta et NBC, raconte depuis Londres les premières phases du débarquement qu’il a pu observer par avion.

7h, The Blue Network (ancêtre de ABC) diffuse un programme de prières pour les soldats.

7h15, NBC diffuse en direct la Liberty Bell que le maire de Philadelphie fait sonner.

9h20, le correspondant de CBS fait son reportage à bord d’une péniche de débarquement.

10h, message du président Roosevelt sur tous les réseaux.

Entre 11h et 1h30, les auditeurs des réseau NBC, CBSMBS (Mutual) et du programme pour l’Amérique du Nord de la BBC, peuvent entendre le reportage pré-enregistré d’un journaliste du pool de presse depuis un navire de guerre face aux plages normandes.

A midi, les grands réseaux, CBS, NBC, Blue et MBS reviennent à des programmes plus classiques mais sans pubs, coupés par de nombreux flashs infos.

debarquement

Qui a gagné la bataille des ondes ?

Un sondage réalisé par téléphone dans 32 villes où les quatre réseaux avaient des fréquences montrent que durant cette matinée (à l’heure américaine) du D-Day, l’audience a augmenté de 118 %. NBC en a notamment bien profité et le fait savoir :

NBC

 

Cinq semaines avant le Jour J, les Américains débarquent sur les ondes

ABSIELe projet était dans les cartons depuis au moins deux ans dans la perspective de l’ouverture du second front en Europe. Cinq semaines avant l’opération Overlord, les Alliés lancent, le 30 avril 1944, l’American Broadcasting station in Europe (ABSIE). Son but, informer les populations lors de l’ouverture d’un second front dont on sait l’imminence mais dont on ne connaît ni le lieu ni la date. Cette radio, sous l’autorité du Office of War Information utilise à partir de 17h30 deux émetteurs en ondes moyennes du BBC Home Service (50 kw), celui du Northumberland (267 mètres) et d’Irlande du Nord (307 mètres) le tout relayé sur ondesAbsie courtes par plusieurs émetteurs (un dans la bande des 49 m, deux dans les 41 m et trois dans les 31 m). La radio du second front diffuse en anglais, français et allemand. Les programmes sont constitués d’infos, de communiqués de l’état-major, de messages pour les mouvements de résistance, de reprises de programmes de la Voix de l’Amérique et du BBC European Service (notamment London Calling Europe) et de musique dansante.

Un programme est tout particulièrement destiné aux soldats allemands, la Werhmacht Hour, pour lequel chaque semaine, le major Glenn Miller et son orchestre proposent un programme musical. L’ABSIE qui bénéficiera plus tard du puissant émetteur de Radio-Luxembourg, récupéré intact par l’armée américaine, terminera ses émissions près de deux mois après la capitulation allemande. Les programmes qui avait débuté le 30 avril 1944 par Yankee Doodle s’achèvent le 4 juillet 1945 (Fête nationale américaine) par l’hymne national des USA.

C’est la première radio à annoncer en français l’info officielle du débarquement en Normandie le 6 juin 1944 à 10h37 (heure anglaise), cinq minutes après la publication du communiqué numéro 1.