Première émission de Radio PTT Nord, cha ch’est quette cosse !

« Cha ch’est quette cosse« , ça c’est quelque chose ! Il y a 90 ans, la première station régionale nordiste, future Radio PTT Nord,  faisait ses premières émissions régulières sur les ondes lilloises. Le décret de décembre 26 prévoyait en effet trois stations nationales et 18 stations régionales, dont une pour le nord de la France.

Antenne de Radio PTT Nord sur l'hôtel des Postes à Lille
La première antenne sur l’Hôtel des Postes

En janvier, un pylône est installé sur la coupole de l’hôtel des postes qui domine l’angle de la rue Inkerman et de la place de la République à Lille. La radio est installée dans quatre pièces au quatrième étage, sous cette même coupole. Un modeste émetteur de 500 watts fait des essais sur 286 mètres dès le début du mois d’avril.

C’est le dimanche 3 avril que le poste du nord est mis en service par Léon Plouviet. Son équipe profite de la visite du président de la République, Gaston Doumergue, qui vient inaugurer la Foire commerciale de Lille. Les essais consistent en la retransmission des discours 13h45 à la chambre de commerce, 16h30 à l’hôtel de ville, 21 heures concert à la préfecture. Les jours suivants, des essais techniques se poursuivent et c’est le 14 avril que sont vraiment lancés des programmes.

Premier émetteur de Radio PTT Nord
La premier émetteur de Radio PTT Nord

Un concert lance Radio PTT Nord

« Ici, la station radiotéléphonique du nord de la France« . En ce 14 avril 1927, à 20 heures, cette annonce ouvre la première émission de ce qui deviendra quelques semaines plus tard Radio PTT Nord. Puis un concert est diffusé en direct de la Maison Coupleux. Ce fabricant de piano possède un auditorium dans ses locaux de la rue Esquernoise, d’où il a diffusé pendant plusieurs mois ses propres programmes sous le nom de Radio-Flandre. 18 avril, le petit poste relaie PTT Paris en soirée. Puis le lendemain toute la journée. Le 20 avril, à 21 heures un concert en direct de la Maison Coupleux est diffusé par le poste de l’Ecole Supérieure des PTT. PTT Nord relaie Paris quasiment tous les jours.

Pour démarrer véritablement ses programmes locaux, la station attend de déménager au premier étage de la Porte de Paris. Ces locaux sont mis à disposition par la municipalité à l’Association de la radiophonie du Nord, qui gère la station. Une inauguration est dans un premier temps prévue le 19 juin, à l’occasion de la Fête des PTT. Mais elle est annulée.

Inauguration de Radio PTT Nord à Lille

Le lundi 25 juillet, c’est la soirée inaugurale depuis le studio de la Porte de Paris, place Simon-Volant, organisée par l’Association de radiophonie du Nord. A 20h30, s’ouvre une soirée musicale de quinze morceaux de musique qui débute par La Marseillaise. Elle s’achève comme il se doit par l’hymne du Nord, Le Petit Quinquin.

Hector Franchomme, président de l’Association de radiophonie du Nord s’exprime en premier. « L’ idée nouvelle éclaire nos horizons. La voix humaine traverse l’espace y portant la pensée. Par le poste émetteur que nous inaugurons ce soir le Nord va parler. Il devra trouver sa place dans la grande famille française.« 

Porte de Paris à Lille

Tiens, voilà Radiolo

Pour clore ce sujet sur les premiers pas de Radio PTT Nord, soulignons le dynamisme de cette station par deux événements qu’elle organise en novembre 1927.

Le 13 novembre, la grande vedette de la radio française, Marcel Laporte, connu sous le nom Radiolo quand il officiait sur Radiola, fait les annonces d’un concert de gala. Il diffusé le soir depuis les studios de la Porte de Paris et offert par la maison Monopole.

Le 15 novembre, nouvelle soirée de gala  à L’Ecole nationale supérieure des arts et industries textiles à Roubaix. Un ténor italien est placé devant un micro à l’hôtel des postes d’Amiens. Il est accompagné par une pianiste à l’Ecole des arts. Le tout est tout retransmis par la station de l’Ecole supérieure des PTT et le poste de la Tour Eiffel !

Limoges-National, une radio régionale sous le régime de Vichy

Du folklore, du folklore et encore du folklore, tels étaient les programmes régionaux de la Radiodiffusion nationale de Vichy. Comme ceux diffusés par Limoges-National (ex-Limoges-PTT).

Lim-NatDès 1941, des voix se font entendre pour retrouver des programmes régionaux sur l’émetteur de Limoges. La station de Limoges-PTT a cessé ses émissions en juin 1940 et son émetteur rediffuse depuis juillet 1940 les programmes de la Radiodiffusion nationale, la radio du gouvernement de Vichy. Limoges43Les Limousins regrettent leur station régionale d’avant-guerre, Limoges PTT. Ils veulent des programmes locaux. Une volonté d’autant plus forte que durant cette année 1941, les travaux se poursuivent à Nieul pour terminer le chantier du nouvel émetteur dont la première pierre avait été posée en février 1939. Bientôt, Limoges-National sera un des plus puissants émetteur de la zone non-occupée (100 kw).

En septembre 1942, le voeux des Limousins est exaucé. Ils auront une demi-heure de décrochage chaque vendredi sous la responsabilité de Jean Dohannes (qui s’occupait déjà de Limoges-PTT avant-guerre et qui continuera sur Radio-Limoges après-guerre). Le 4 septembre à 17h30, une première émission régionale est diffusée sur 335.20 m depuis les studios installés dans l’ex-Café de Paris. Lim-Nat2Des infos locales baptisées « Petites nouvelles de la Petite Patrie », une causerie et de la musique folklorique. La semaine suivante, c’est l’inauguration officielle avec un discours d’André Faure, maire de Limoges, qui exalte « la place des Limousins dans l’Europe nouvelle« .

L’émission se poursuit avec quelques aménagements horaires. Début 1943, elle est diffusée de 18h à 18h25. Elle passe au mercredi de 15h45 à 16h15 de fin avril à juin 1943. Là, le décrochage régional se fixe le samedi à 17h35 après le Radio-Journal de France de la Radiodiffusion nationale jusqu’à 18 heures. Parfois, Limoges-National diffuse des émissions exceptionnelles qui sont relayées par les stations publiques du Gouvernement de Vichy. C’est le cas par exemple le lundi 26 juillet 1943 où Limoges-National est relayée de 15h30 à 17h.Limoges96

Au lendemain du débarquement, Vichy fait savoir qu’il « est rappelé qu’en cas d’urgence et en attendant le rétablissement de certaines communications, les organismes administratifs de la région de Limoges (Haute-Vienne, Dordogne, Corrèze, Creuse, Indre et territoires rattachés de la Charente; de la Vienne et du Cher) sont susceptibles de recevoir tous renseignements utiles relatifs aux questions administratives et du ravitaillement par l’émetteur de Limoges-National. » Le poste émet alors de 8h30 à 9 heures et de 19 heures à 19h30. Mais les restrictions d’électricité contraignent les techniciens à baisser la puissance dès le début août. Puis profitant du passage d’un avion américain, des techniciens liés à la résistance coupent les émissions et mettent le matériel sensible en lieu sûr.  Enfin le régime de Vichy s’effondre. Les derniers programmes diffusés à la presse sont ceux du samedi 12 août 1944. Avec encore… des chants folkloriques !

Quand a-t-on pu suivre le Tour de France en direct à la radio ?

Suivre le Tour de France en direct ? C’est possible depuis quand ?

Depuis 85 ans, quand le journal L’Intransigeant et l’hebdomadaire sportif Match concrétisèrent une expérience menée l’année précédente par un des journalistesReport2 du quotidien, Jean Antoine. Lors du Tour de 1929, ce dernier, accompagné d’un technicien radio embarque dans un camion Saurer équipé d’un émetteur à ondes courtes branché sur la batterie ainsi que d’une antenne de vingt mètres.

Jean Antoine fait alors quelques émissions en direct en transmettant sur 45 m de longueur d’onde, que les stations publiques reprennent. « Les envoyés spéciaux de l’Intransigeant et de Match, MM. René Lehmann, C.-A. Gonnet, René Bierre et Jean de Lascoumettes se trouveront devant le microphone et, avec le concours de Jean Antoine, qui organise techniquement ce reportage« , précise le quotidien. Les reporters voyagent dans trois voitures Torpédo. La classe.

En 1930, l’expérience ayant montré que c’était possible techniquement, ces reportages en direct sont mieux organisés. Jean Antoine reprend la route en compagnie d’Alex Virot en respectant un horaire précis : 7h45 commentaires sur l’étape de la journée ; 13 h reportage sur la course et un autre plus tard au moment de l’arrivée; 20h15 le classement et les commentaires. Le tout est diffusé par les radios des PTT.Tour22

Continue reading « Quand a-t-on pu suivre le Tour de France en direct à la radio ? »

Qu’est ce qu’il y avait à la radio la veille de Noël en 1923 ?

Noel2390 ans en arrière, nous voici aux balbutiements de la radio en France. Que pouvait-on écouter le 24 décembre 1923 ? Si l’on s’en tient aux seules radios françaises, le tour d’horizon est vite fait. Il y a, à Noël 1923, trois stations : la doyenne, la Tour Eiffel, le poste de l’Ecole supérieure des PTT sur les ondes depuis le début de l’année et la seule radio privée, Radiola qui vient tout juste de souffler sa première bougie. Passons rapidement sur la Tour Eiffel qui diffuse un radio concert à 19 heures puis le bulletin météo à 22 h 10. Moyen. Pour retrouver un peu de l’esprit de Noël, il faut se brancher sur les PTT. A 21 heures, le poste propose une causerie sur les vieux Noël. Voilà qui est déjà un (petit) peu mieux.

Radiola, la plus festive

Heureusement, pour cette soirée de fête, il y a les émissions Radiola. La station privée de la Compagnie française de radiophonie propose à 21 heures « Noël radieux » avec le concours des vedettes de l’antenne, Radiolo, Radiolette et Dominus. Avec notamment un journal chanté ! De 22h15 à 23h15, un oratorio de Noël avec choeurs et orchestre puis, de minuit à 2h30, une soirée dancing prolonge cette soirée de réveillon. Pour cette veillée de Noël 1923, dans le petit paysage audiovisuel français naissant, c’est Radiola qui mène la danse…

Radio Nice-Côte-d’Azur, le pied à terre des PTT sur la Riviera

 

Dans leur plan de développement d’un réseau régional de stations, les PTT ont prévu un poste pour arroser le Var, les Alpes-Maritimes et, peut-être la Corse. Histoire de venir titiller la radio privée Radio Côte d’Azur. Cette dernière devra d’ailleurs plus tard s’adapter et changer de nom.

Nice PTT

Continue reading « Radio Nice-Côte-d’Azur, le pied à terre des PTT sur la Riviera »

Radio-Alpes-Grenoble : les PTT prennent l’air de la montagne

Les débuts de la radio en Dauphiné

En 1923 le Radio-Club Dauphinois compte 250 sans filistes. En mai, il organise dans la salle des fêtes de l’ancien hôpital (qui deviendra plus tard l’hôtel Majestic) une soirée où l’on peut entendre un concert retransmis depuis la Galochère à quelques kilomètres de Grenoble. C’est la première émission de radio du Dauphiné.
Le radio-club monte un petit poste d’émission rue du Vieux-Temple sous l’indicatif 8 DD. En mai 1925, il retransmet le discours d’inauguration de l’Exposition de la Houille blanche et du Tourisme. L’idée d’un poste fait son chemin avec l’administration locale des PTT.

Continue reading « Radio-Alpes-Grenoble : les PTT prennent l’air de la montagne »