La FM française a soixante ans

C’est le 11 mars 1954 que la RTF, Radiodiffusion télévision française, a mis en service RTFpour des essais un émetteur FM dans ses locaux de la rue de Grenelle à Paris. On dit alors modulation de fréquence en France, VHF pour très haute fréquence en Grande-Bretagne, UKW en Allemagne et OUC en Suisse pour ondes ultra-courtes. Aujourd’hui, c’est le terme américain FM, fréquency modulation, qui s’est imposé.

Ce 12 mars, il s’agit d’essais. L’émetteur est calé sur 3,12 mètres (96.1 mhz) et entre en service officiellement le dimanche 28 mars. Avec une belle puissance de 20 kw. C’est énorme, sachant qu’il est tout seul sur la bande FM. Cependant, il y a très peu d’auditeurs pour écouter les essais le « Programme de la modulation de fréquence » de la RTF, quatrième chaîne publique de radio qui émet essentiellement en soirée des concerts classiques. Il faut en effet être équipé d’un récepteur dernier cri et encore très cher.

FM-31dec1955

Continue reading « La FM française a soixante ans »

Radio-Mysis, , un nom étrange pour un poste bien mystérieux

JampyEn novembre 1925, on apprend qu’un nouveau poste va faire prochainement des essais depuis Arcachon. Il s’agit d’une initiative d’Alain Boursin, un ancien radiotélégraphiste militaire et alors ingénieur des établissements L.L. qui fabriquent à Paris du matériel d’émission et de réception de TSF. Ce technicien a également participé quelques mois plus tôt au lancement de Radio Mont-de-Marsan. Il a prévu un émetteur d’une puissance de 50 watts et prévoit d’émettre sur 355 mètres. Des artistes doivent venir assurer les programmes de ces essais pendant quelques soirées.

Radio-Mysis, indicatif 8 GCJ, doit faire ses premiers pas sur les ondes le lundi 30 novembre et le mardi 1er décembre lors d’essais programmés de 12 h à 19 h. Puis, le mercredi soir, un concert doit être à l’antenne à partir de 20h15. Les auditeurs devaient faire parvenir leurs commentaires à Alain Boursin à l’hôtel Jampy, boulevard de la Plage. Mais l’initiative semble être restée lettre morte. Arcachon n’aura pas eu son poste de TSF.

Quand CBS émettait vers la France

CBSAvant que les USA n’entrent en guerre, le pays n’avait pas de service extérieur public. En revanche plusieurs radios privées émettaient des programmes en ondes courtes à destination du monde entier en plusieurs langues et notamment en français. C’est le cas de CBS qui depuis ses studios de Madison Avenue àCBS-Immeuble New-York proposait aux francophones des sessions d’informations. Le réseau radio Columbia émettait des informations en français via sa station ondes courtes WCBX de 50 kw située à Brentwood (Long Island) dans l’état de New-York. Ce programme d’un quart d’heure était diffusé deux fois par jour en direction de l’Europe et de l’Afrique du Nord sur 16.81 m et 25.34 m. Ses responsables étaient Beverly Thurman et son assistant Albert Rocchia. Les douzaines de lettres reçues chaque jour par le service français de CBS provenait essentiellement d’Amérique et notamment des Antilles et de Saint-Pierre et Miquelon.
Ce programme a cessé quand WCBX a été réquisitionnée par le gouvernement des USA pour diffuser la Voix de l’Amérique.

Continue reading « Quand CBS émettait vers la France »

La première animatrice française a failli rester anonyme

En cette Journée mondiale de la radio, plus spécialement consacrée cette année à l’égalité hommes-femmes derrière les micros, intéressons-nous à la toute première animatrice radio française.Radiolette Elle s’appelle Radiolette. Radiolette ? Un des surnoms imposés par Emile Girardeau, le fondateur de Radiola, premier poste privé français, à ses speakers. Car s’il a créé cette station, c’est avant tout pour faire vendre les postes de TSF Radiola.  

Ainsi, la marque se décline aussi sur le nom des présentateurs. Le speaker principal, Marcel Laporte, prend le pseudo de Radiolo, le spécialiste des questions juridiques Radiolex et la première voix féminine à l’antenne Radiolette. L’arrivée de cette dernière est saluée par la presse (très masculine) de l’époque.

Continue reading « La première animatrice française a failli rester anonyme »

Radiola, première radio française à couvrir les JO

ChamonixEn 1924, les premiers jeux olympiques d’hiver ont lieu à Chamonix. La radio est alors balbutiante. Trois postes sont sur les ondes : la Tour Eiffel et l’Ecole supérieure des PTT ainsi qu’un poste privé Radiola qui s’apprête dans quelques mois à changer de nom pour devenir Radio-Paris. C’est ce dernier qui va, le premier, mettre les moyens pour couvrir cet événement sportif. Chaque soir, entre le bulletin d’informations et le radio-concert, quelques minutes sont consacrées sur l’antenne de Radiola à la transmission des résultats commentés des Jeux olympiques à Chamonix, le tout par poste spécial. Une très belle performance technique pour l’époque.

La radio pirate de la France libre était cachée en Palestine

photo (10)En novembre 1940, une nouvelle radio sur ondes courtes fait son apparition. Son but : contrebalancer la propagande vichyste de Radio-Levant à Beyrouth dans l’espoir de voir ses territoires sous protectorat français rejoindre la France Libre. Sous l’autorité de François Coulet et l’aide de la Haganah, une équipe se met en place clandestinement dans l’appartement de David Hacohen à Haïfa en Palestine, alors sous mandat britannique. Une antenne de 41 mètres de long est camouflée sur la terrasse. Radio Levant France Libre émet un quart d’heure à midi et à 14 h, puis une demi-heure à 19 h et à 22h. Son indicatif, diffusé à l’ouverture et à la fermeture des programmes, c’est Le Chant du Départ, interprété par Georges Thil sur une musique de la Garde républicaine.

La radio diffuse sur 9045 khz et, rançon du succès, est brouillée sur Beyrouth par cinq camions militaires à partir de février 1941.

L’opération Exporter

Le 8 juin, les alliés (dont les Forces françaises libres) déclenchent l’opération Exporter pour envahir le Levant français. La radio diffuse de fausses nouvelles, comme le parachutage de soldats allemands, une information reprise par le New York Times, puis cesse d’émettre. Après la fin des combats le 11 juillet, les Forces françaises libres prennent le contrôle de Radio-Levant à Beyrouth.

radiolevantfflCette dernière se réorganise et développe ses programmes. Elle émet en dix langues : français, anglais, arabe, arménien, turc, kurde, tchèque, grec, polonais et serbe, sur ondes moyennes et ondes courtes.

Quelle était la première radio d’Algérie ?

ColinLe Poste de la Maison Colin

La radiodiffusion a démarré très tôt en Algérie. Dès juin 1923, des premiers concerts ont été diffusés à l’initiative de la Maison Colin, un magasin de vente d’instruments de musique fondé à Alger par Paul Colin au début du siècle. Il ajoute à sa gamme le matériel de Radiola. Et pour faire la promotion des TSF quoi de mieux que de proposer sur les ondes des concerts. Le Poste  de la Maison Colin à l’indicatif 8 DB diffuse deux fois par semaine sur 410 mètres avec un émetteur d’une cinquantaine de watts et une antenne de 35 mètres depuis le 12, rue Dumont d’Urville. A l’automne, alors que se déroule à Alger un important tournoi de boxe à l’Attraction-Parc, la radio donne les résultats en direct round par round ! C’est la toute première retransmission sportive en Algérie.

Continue reading « Quelle était la première radio d’Algérie ? »

Qui a porté le chapeau lors de la première radio interview ?

En avril 1925, Paris accueille la grande vedette internationale de l’époque, le John WayneTom Mix d’avant guerre, Tom Mix. L’acteur américain, connu notamment pour ses très nombreux films où il incarne un cow-boy est en voyage en Europe. Arrivé en France par bateau via Dieppe, le voici à Paris où il fera sensation en se montrant sur les grands boulevards sur son cheval à l’occasion d’un gala de charité. Tom Mix, fait également une halte au Poste du Petit Parisien dans les locaux du quotidien, rue d’Enghien. C’est là qu’il donne, son grand chapeau vissé sur le crâne, ce que le poste annoncera comme la première radio-interview en France. « Dans son smoking marron, Tom Mix, cow-boy et star de l’écran, a prononcé, hier soir, au poste radiophonique du Petit Parisien, quelques paroles d’amitié à la foule de ses auditeurs invisibles, rapporte le quotidien. Il leur a dit qu’il était heureux de se trouver en France et surtout à Paris, qu’il aimait déjà avant de le connaitre. Il leur a parlé de son cheval Tony, véritable frère d’armes, du film qu’il vient d’achever, Dick Turpin, histoire du célèbre valeur de chevaux anglais.« 

Mais cette première radio-interview française, comment s’est-elle passée ? « La célèbre vedette a d’ailleurs fort complaisamment répondu aux diverses questions qui lui étaient posées… Après avoir bu. une coupe d’eau de Vichy car il est très respectueux du régime prohibitionniste, Tom Mix, qu’accompagnaient sa jeune femme, sa belle-mère et les directeurs de la Fox-Film, a regagné ses appartements, non sans nous avoir redit sa joie, d’avoir pu lancer, par, d’entremise de notre poste, un message à ses nombreux amis et admirateur, français.« 

La première radio-interview française aura donc surtout été la première radio-promo !